mardi 28 décembre 2010

Néanderthal savait se faire cuire son repas et il mangeait aussi des légumes !!!

L'homme de Néandertal aimait les légumes 
Reconstitution d'une scène de vie dans une cave habitée par des hommes de Néandertal, à l'occasion d'une expo organisée à Krapina, en Croatie.  
Nikola Solic/REUTERS

Mais combien de millions de fois faudra-t-il le répéter ??? Néanderthal était un ÊTRE HUMAIN !!! Un type juste différent de nous, mais ni pire, ni meilleur, juste plus costaud avec une drôle de bobine et pas franchement plus idiot que nous non plus !!! Visiblement, il y en a qui ont été douter que le pauvre mec sût se faire un feu et cuire sa croûte, sans compter manger un peu autre chose que de la viande... Certes, c'était un carnassier, mais sapiens à l'époque, l'était aussi, mais ça ne les empêchait pas, à l'un comme à l'autre, de se cueillir quelques cressons et autres salsepareilles ou raiponces voire champignons de temps en temps, histoire de varier les plaisirs !!!
Voici in extenso la copie de l'article en lien ci-dessus. 

L'homme de Néandertal aimait les légumes

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 28/12/2010 à 10:58

Minute Saveurs - Notre cousin ne se nourrissait pas uniquement de viande, mais aussi de végétaux et cuisait sa nourriture.

 
L'homme de Néandertal, notre lointain cousin disparu il y a environ 30.000 ans, se nourrissait de viande mais aussi de végétaux et cuisait sa nourriture, apprend lundi une étude publiée dans les Annales de l'Académie américaine des Sciences (PNAS) datées du 27-31 décembre. Or, selon de précédentes recherches, les Néandertaliens étaient surtout des chasseurs carnivores, ce qui aurait précipité leur extinction. 
Graines d'amidon
Ces révélations résultent d'analyses de particules de nourriture enfermées dans des plaques de tartre provenant de dents fossilisées de Néandertaliens. Découvertes sur des sites archéologiques en Irak et en Belgique, elles comportent des grains d'amidon issues de nombreuses plantes, des traces de différents légumes, de racines et de tubercules. L'équipe de chercheurs, dirigée par Dolores Piperno, du département d'anthropologie du musée d'histoire naturelle américain Smithsonian, a ainsi découvert qu'un grand nombre de ces aliments avaient subi une cuisson, notamment des grains d'amidon. L'homme de Neandertal maîtrisait ainsi le feu, à l'instar des premiers hommes modernes.
Ah là là, on n'en finit pas de souffler le chaud et le froid sur les ancêtres, surtout ceux-là !!! 

lundi 20 décembre 2010

Si ce type est un Cro-Magnon, je suis Lady Gaga !!!

Hihihi ! Du silex à tailler pour les amis de Néanderthal !!! Voilà le lien qui mène vers l'article reproduit ci-dessous in extenso : http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/12/cro.html
Préhistoire : Cro Magnon n'a jamais fait la révolution
Crane Salkhit Face  Le débat sur l'évolution de l'homme rebondit avec des découvertes troublantes... et des scientifiques à l'esprit critique. Parmi les découvertes, un crâne d'allure très ancienne découvert en Mongolie (photo à gauche). Sa datation récente, au plus 30 000 ans, montre qu'il traverse les frontières mises depuis longtemps entre l'homme moderne - Cro Magnon ou vous même - et nos ancêtres.
Autres découvertes : ces traces d'activités culturelles, ou de technologies très anciennes - des dizaines de milliers d'années, et pourtant d'allure "moderne" qui relativisent la réputation de "révolutionnaire" de Cro-Magnon.
J'ai publié vendredi dernier dans Libération un article fondé sur un reportage à Toulouse, le voici ci dessous, agrémenté de liens et d'images qui n'ont pu trouver place dans le journal vendu en kiosque.
Toulouse, envoyé spécial. «Regardez ce crâne, archaïque, non ? Un air de Néanderthal, voire d’Homo erectus, voyez ces arcades sourcilières proéminentes, ce front bas, rejeté en arrière…». José Braga arbore un sourire malicieux. Assis dans son bureau de l’Université Paul Sabatier, il tient en main un moulage de crâne, actuellement présenté au public (1). Un crâne très incomplet. Réduit à sa partie supérieure - comme si l’on avait sabré l’homme au niveau des yeux puis découpé à l’horizontale - et le montre en soulignant à plaisir son allure «archaïque» selon les critères habituels permettant de le séparer du «moderne», autrement dit Cro-Magnon ou votre voisin de palier.
Lorsque ce crâne est découvert, en 2006 dans une steppe glaciale et désolée du Nord-Est de la Mongolie NE Mongolie paysage steppe (photos:Projet First Modern Humans in Mongolia) sur le site de Salkhit par des prospecteurs d’or clandestins, ces derniers se disent qu’ils ont trouvé un objet vraiment ancien, donc valant… de l’or pour des scientifiques. Ils le vendent illico à des paléoanthropologues mongols. Ces derniers contactent Yves Coppens, le célèbre co-découvreur de notre lointaine cousine l’australopithèque Lucy. Et personne ne douta alors que ce vestige fut très ancien.
Lorsque Braga (Cnrs, laboratoire Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse) fut alerté par Coppens, ce dernier lui confia l’objet en estimant qu’il s’agissait d’un représentant archaïque de l’humanité. Dans un article paru en février 2008 (2), Yves Coppens et ses cosignataires évoquent même, outre sapiens archaïque qui à la faveur du titre, Néanderthal et la filière Homo erectus chinoise pour qualifier ce fossile.
Mais, avec la physique nucléaire, les datations directes viennent compléter les analyses morphologiques ou géologiques poursuivies par José Braga, Yves Coppens et d’autres spécialistes sur le NE Mongolie fouille de g à d Braga, Teyssandier et Duranthon site de Salkhit (photo, José Braga, Nicolas Teyssandier et Françis Duranthon fouillant à Salkhit). Un minuscule morceau de crâne, étudié au carbone-14 dans un laboratoire américain de Floride, a donné une date entre 21.860 et 22.150 ans. Une autre étude en cours, avec des moyens plus performants, pourrait le vieillir, «mais, au plus à 30.000 ans» affirme José Braga.
Conclusion ? «L’homme de Salkhit est donc un sapiens sapiens, comme nous. La variabilité morphologique de notre espèce est sous-estimée… ce qui veut dire aussi que la conception que l’on a de ses relations de parenté avec Néanderthal ou Homo erectus pourrait être erronée, trop vue sous l’angle d’une violente coupure».
L’anthropologue - il est professeur à l’Université de Toulouse - est un spécialiste es-morphologies Crane Salkhit global humaines. As de l’imagerie médicale, c’est un virtuose de la reconstitution des anatomies en trois dimensions à l’aide de données numérisées d’ossements actuels et fossiles et d’informatique. Et c’est en biologiste, donc amoureux de Darwin, de l’évolution et de la variabilité, qu’il aborde son sujet favori, celles de l’Homme.
Une variabilité trop souvent occultée dans la pensée des anthropologues. Or, souligne t-il «la vraie dimension du volume du cerveau de sapiens sapiens, ce n’est pas les 1400 cm3 canoniques devant lesquels devrait s’incliner un erectus à 1000 cm3. Chez les buschmen d’Afrique australe, on trouve des individus très proches du fameux mais désormais désuet «rubicon cérébral», vers 800 cm3, censé nécessaire à la pensée complexe. C’est entre 800 et 2000 cm3 que se situent les crânes de sapiens sapiens. Et rien, là, de la distance entre un imbécile et un super-intelligent, puisque Anatole France affichait à peine plus de 1100 cm3.»
A cet exemple classique, l’anthropologue ajoute ses propres travaux sur le développement des dents. Une étude récente, menée à l’aide du synchrotron de Grenoble (ESRF) sur les dents de 10 jeunes néandertaliens et sapiens fossiles, veut démontrer que les premiers devenaient adultes plus vite ? Il Braga à son bureau rétorque que l’âge d’émergence des premières molaires permanentes varie de 4 à 7 ans dans les populations actuelles. Et lance: «je suis certain que dans les collections anatomiques des muséums, on trouverait des individus aux allures néandertaliennes, en tous cas très proches de certains fossiles qualifiés de néandertaliens».
Que cherche à faire José Braga, en effaçant ainsi, à petits coups ironiques, les frontières soigneusement posées entre espèces humaines par des décennies d’anthropologie ? Tout simplement à soutenir que «la messe n’est pas dite» quant aux relations de parentés entre formes humaines. Que la vulgate d’une population d’Homo sapiens surgie brusquement en Afrique il y a environ 200.000 ans, et n’ayant connu aucune relation sexuelle reproductive avec d’autres groupes, n’est pas la fin de l’histoire de nos ancêtres. Que la découverte (Libération du 7 mai 2010) de faibles traces d’ADN spécifiquement néanderthaliens dans les populations modernes indique plutôt que les frontières entre ces groupes n’ont pas été totalement hermétiques (lire une note sur cette découverte).
C’est en préhistorien, spécialiste de «l’industrie lithique, la taille du silex, le principal témoin culturel de nos ancêtres» que Nicolas Teyssandier (laboratoire Travaux et Recherches Archéologiques sur les Cultures, les Espaces et les Sociétés à Toulouse-2 le Mirail) rejoint José Braga. Dans son bureau et dans son discours dissonant par rapport à la vulgate actuelle de l’histoire de l’homme.
La dissonance de Nicolas Teyssandier pourrait s’intituler ainsi : «Cro-Magnon n’a jamais fait la Révolution». Mine de rien, c’est un énorme couac dans le concert des discours sur la préhistoire.
Depuis l’Abbé Breuil, il y a un siècle, le paradigme préhistorique affirme qu’il y a environ 37.000 ans Cro-Magnon (ci dessous, le crâne princeps trouvé à Cro Magnon) est arrivé en Europe et s’y est conduit en révolutionnaire. Inventant moult techniques lithiques, en rupture avec celle en vigueur depuis des dizaines de milliers d’années, baptisée 509px-Cro-Magnon moustérien. En créant ex nihilo la technologie de l’os. En gravant et peignant les parois des cavernes. Le tout interprété comme autant de signes et de composantes d’une révolution culturelle dite Aurignacienne, du nom de baptême de la technologie de taille du silex identifiée dans la grotte d’Aurignac, en Haute-Garonne.
Une révolution équivalente, écrit Henri Breuil, à l’invention de l’agriculture au néolithique, lorsque l’homme devint producteur et non seulement chasseur/cueilleur. (Lire une note sur la reconstitution en 3D du cerveau de Cro Magnon).
Tenant, croyaient les préhistoriens, une simultanéité entre l’émergence de l’homme moderne, Cro-Magnon - ou du moins son arrivée en Europe - et d’une révolution culturelle, rien de plus tentant pour eux que d’associer solidement les deux en un duo nécessaire et suffisant. L’idée que Cro-Magnon est arrivé armé d’une civilisation pleine et entière - art, langage, pensée religieuse, technologies, organisation sociale - perdure depuis. Elle s’est même renforcée au point d’imposer sa conséquence : Cro-Magnon a envahi l’espace européen, en a évincé Néanderthal, d’un seul et rapide mouvement. Le paradigme dominant
Or, estime Nicolas Teyssandier, ce paradigme central de l’anthropologie depuis près d’un siècle doit être «renversé». C’est même l’objectif officiel, le programme scientifique de l’équipe qu’il anime au sein du laboratoire Traces (Université de Toulouse le Mirail et Cnrs).
Ce paradigme, explique t-il, a survécu «malgré les signes répétés que montraient les fouilles de ce que des innovations réputées «cro-magnon» ont des avatars bien plus anciens».
Des signes ? Le dernier est un article paru dans la revue Science (2) dont le premier auteur est Vincent Mourre (INRAP et Traces). Il relate une découverte surprenante : il y a 75.000 ans, des hommes vivant sur le site de Blombos Les outils de Blombos (Scienceà (Afrique du Sud) ont utilisé une technique lithique très sophistiquée. A l’aide de pressions exercées sur la pierre, préalablement chauffée, des instruments en os ou en bois de cervidés permettaient d’obtenir des bords ultra-tranchants, fins, aigus, en enlevant de tout petits morceaux. Or, seuls les artistes du Solutréen, en Europe il y a 20.000 ans, étaient censés connaître cette technologie. (Photo, outils de Blombos, Science)
D’autres archéologues ont découvert en Europe, mais aussi au Proche-Orient, en Afrique, des signes gravés, des ornements, des coquillages percés - autant de caractères attribués auparavant à la révolution aurignacienne - qui affichent pourtant des dates de allant de 90.000 à 45.000 ans. La période où, sur de vastes espaces européen et moyen-orientaux, Cro-Magnon et Néanderthal ont coexisté. Sans jamais se croiser ni s’influencer ? Difficile d’imaginer pire situation pour un scientifique : rien le ne prouve… et rien ne l’interdit.
Même la «révolution aurignacienne», affirme Teyssandier, ne résiste pas à la ré-analyse des documents Grotte Chauvet archéologiques qui ont servi à l’inventer. Lorsque l’on reprend les stratigraphies - un travail de haute précision qui l’a occupé durant plusieurs années - c’est toute une évolution qui émerge, entre 37.000 et 30.000. Une évolution plurimillénaire donc complètement insensible à l’échelle d’une vie humaine, imperceptible pour les hommes, mais qui efface l’idée d’un Cro-Magnon arrivé tout armé de sa civilisation. (photo, grotte Chauvet, Ardèche, datée entre 32.000 et 26.000 ans environ)
L’unité de cette civilisation aurignacienne ne résisterait pas, elle non plus, à l’analyse plus précise des différences régionales, affirme Teyssandier.
Pire : les associations entre outillages et fossiles humains, censées trancher les querelles de spécialistes sur leur attribution à Cro-Magnon ou Néanderthal, sont très rares, et souvent contestées.
Nicolas Teysssandier va jusqu’à affirmer : «Il n’existe aucune certitude associant un contexte archéologique des premières cultures du paléolithique supérieur, entre 45 000 et 35 000 ans, avec des restes humains indubitablement modernes. L’être humain responsable de ces productions demeure donc mystérieux». L’absence de documentation fossile claire brouille la vue des scientifiques. Du coup, là où le public reçoit de la part des écrivains ou des cinéastes (voir le film récent Ao de Jacques Malaterre) une histoire des relations entre ces deux humanités - qu’elle soit celle d’une rencontre amicale ou d’un conflit sanglant se terminant par l’extinction de Néanderthal - le préhistorien, après avoir été peut-être trop sûr de lui, hésite…
Les points de vue radicaux de José Braga et Nicolas Teyssandier, en rupture avec le discours tenus par d’autres préhistoriens comme Jean-Jacques Hublin (Max Planck Gesellschaft de Leipzig), sont-ils un retour en arrière ? Aux conceptions prévalant avant que la génétique moléculaire vienne mettre son grain de sel dans l’affaire ? Rudimentaire dans ses premières approches, elle a tout d’abord inventé la fameuse «Eve» africaine, puis un «Adam» tout aussi mythique. Elle a mis en scène une sortie d’Afrique d’un Homo sapiens sapiens effaçant, violemment ou non, toute autre population de nos origines. Pour enfin dénicher une part de Néanderthal en nous (la note sur cette découverte)… ce qui suppose de renverser la barrière mise auparavant entre l’homme moderne et cette autre humanité. A ce stade, il serait surtout «imprudent de conclure», s’amuse Teyssandier.
(1) «Préhistoire [s]. L’enquête.» jusqu’en juin 2011 au Muséum de Toulouse.
(2) Vincent Mourre et al. Science du 29 octobre 2010.


Par Sylvestre Huet, le 13 décembre 2010

mercredi 15 décembre 2010

Jeune trublions, future chair à canon !!!

Depuis quelques années, en France, l'Éducation Nationale va à veau-l'eau, ses crédits sont drastiquement réduits de plus en plus chaque année, et la formation des futurs enseignants devient de plus en plus ubuesque, face à une société en déréliction, où l'intégration des jeune de toutes origines ne se fait pas, et où leur éducation n'est plus le fait de parents de plus en plus démissionnaires ou dépassés, mais laissée à l'Éducation Nationale qui devrait normalement se contenter de l'instruction, et non de l'éducation, car les deux choses n'ont rien à voir, même si elles sont de plus en plus synonyme et qu'elles tendent vers le dressage, faute de mieux, ainsi que nous l'allons voir par la suite, via deux témoignages de professeurs stagiaires relatés récemment par le quotidien "l'Humanité", relayé par les courriels des services de l'Éducation Nationale et autres ministères... Ça fait peur pour l'avenir... La patrie des Droits de l'Homme est en train de devenir une dictature fascisante et militaire... Exactement ce que nous redoutons de plus en plus à travers nos écrits, Mimi et moi... 
*Premier témoignage*
Je vous adresse le présent courrier pour vous faire part du contenudiscutable et du traitement intolérable qui a été réservé aux professeurs stagiaires hier, vendredi 03/12/10, au lycée Gustave Eiffel, à écouter le détail des missions du recteur et du fonctionnement du système éducatif français, les autorités compétentes ont décidé de consacrer 'après midi au thème de l'enseignement de défense et à la présentation des différents types de coopération possibles entre l'armée et l'éducation nationale.Je ne doute pas que ce soit là un programme d'information adapté aux néo fonctionnaires que nous sommes. En revanche, je doute fortement de la pertinence de nous faire assister à cette journée alors même qu'aucun d'entre nous n'a commencé sa formation disciplinaire ce qui, de l'avis de tous, est une urgence bien réelle. D'autre part, j'ai été profondément choqué par le choix des thèmes abordés et encore plus par le choix de certaines images. On peut, en effet, se questionner quant à l'intérêt d'une propagande de l'insécurité sur fond de Twin Towers en flammes ! Aussi, il serait sûrement préférable, au moment où l'on tente de convaincre les jeunes professeurs qu'il ne faut pas hésiter à orienter leurs élèves vers l'armée, de ne pas leur montrer une image d'un jeune tenant un fusil d'assaut en joue, lors de sa JAPD. Dans un autre registre, je tiens également à vous faire part de la façon dont on nous a traités. Je n'excuse pas le retard de certains de mes camarades, mais ce n'est pas une raison pour se laisser aller à des règlements de compte au micro, en questionnant notre "posture professionnelle", notre respect de la déontologie ou bien encore en affirmant la supériorité du corps militaire face aux réflexions stériles menées par des intellectuels en salle des profs ! Il me semble que la tournure exacte était "Les discussions entre militaires ça n'a rien à voir avec les discussions entre intellectuels qu'on entend en salle des profs. [...] Nous il nous faut des décisions rapides car ça débouche sur de l'action.". Face à l'inutilité relative du contenu et l'hostilité palpable qui nous a été témoignée, nombre d'entre nous n'avons pas assisté à l'intégralité de la présentation l'après-midi. Nos collègues des Landes ont, eux aussi, témoigné leur mécontentement envers le choix thématique de la formation en quittant massivement les lieux. Il faut rappeler que nous ne sommes pas une bande d'élèves dissipés (comme nos intervenants de Bordeaux l'ont cru), mais bien des professeurs et que si nous en arrivons à ce genre d'attitude il doit bien y avoir des raisons. Le temps de la remise en question est peut-être venu ! Je ne serai certainement pas le seul à vous écrire à ce sujet et j'espère que vous ferez part de notre message à qui de droit. Je vous prie également de bien vouloir respecter l'anonymat de mes propos. >Un stagiaire en colère.

*Deuxième témoignage*
Cher collègue,
Je me permets de vous envoyer ce mail car je voudrais témoigner directement de ce que vivent les professeurs stagiaires lors de leurs formations organisées par le corps d’inspection. Lors de la réunion de « formation » du vendredi 3 décembre, qui s’est tenue au lycée Gustave Eiffel à Bordeaux, les professeurs stagiaires ont été conviés à suivre un cours magistral de 9h30 à 12h30. Les interventions successives n’ont répondu en rien à nos demandes les plus pressantes et à nos inquiétudes. La première traitait de l’organisation interne d’un rectorat, avec toutes ses strates de responsabilités, la seconde expliquait avec un tableau obsolète comment les IPR décident d’une note pédagogique lors de leurs visites etc… A la fin de la troisième intervention détaillant les droits et devoirs du fonctionnaire, un responsable des ressources humaines nous a rappelé que nous « devions » 35 heures par semaine à l’Etat et que nous n’étions pas une profession libérale et que nous dépendions d’une hiérarchie structurée. Inutile de vous préciser que beaucoup d’entre nous ont très mal apprécié ce « petit rappel » qui, en plus de résulter d’un postulat douteux, prouve encore une fois (et c’est peut être le plus grave) que les autorités sont bien loin de la réalité de ce que vivent les professeurs stagiaires ! D’ailleurs à la fin de l’intervention, un collègue a posé la question suivante : « tout ce que vous nous dites est certes intéressant et je suis d’accord qu’en tant que fonctionnaire, nous nous devons de connaître le fonctionnement de notre institution mais qu’en est-il de notre droit à la formation disciplinaire ? Nous n’avons encore eu à ce jour aucune formation ! » A cette invective fortement applaudie par tous, une inspectrice a pris la parole et a répondu : « Il faut savoir qu’il est du devoir de tout enseignant de s’autoformer et les tuteurs sont aussi là pour vous aider… ». Pour la matinée de ce vendredi 3 décembre je regrette tout simplement que le contenu de la formation soit non pertinent par rapport à nos nombreuses attentes. Ce problème de formation des profs stagiaires est un problème maintenant connu et je n’aurais pas pris la peine de vous écrire pour quelque chose que vous connaissez déjà. En fait, je voudrais surtout vous rendre compte de ce qui s’est passé l’après midi de cette « formation ». A notre grande surprise, à 14h, lorsque la réunion a repris, nous avons vu se succéder à la tribune deux militaires, un major et un colonel (si je me souviens bien) accompagné d’un IPR d’histoire géographie et d’un professeur agrégé d’histoire, commandant de réserve. Les thèmes abordés ont été alors plus exotiques les uns que les autres, « l’enseignement de la défense », « la défense aujourd’hui : nouvelles menaces, nouvelles configurations, les enjeux », « un exemple de partenariat Défense/lycée », « le recensement et la JAPD » etc. Tous ces thèmes ont été servis avec une sauce idéologique particulièrement intéressante : « Grâce à dieu, grâce à dieu, grâce à dieu nous connaissons la paix en Europe depuis plus de 60 ans ». « La paix a été préservée grâce à la bombe nucléaire » etc… Nous avons aussi été incités à orienter nos élèves en difficulté vers des carrières militaires !! Tout ça avec en arrière plan des images de jeunes militaires avec des armes à la main en exercice de tirs etc… Nous avons été plusieurs à nous demander si ce n’était pas une mauvaise blague avec une caméra cachée… Evidemment beaucoup de nos collègues furieux que l’on se moque de leurs préoccupations quotidiennes (apprendre à construire des séquences de cours ou évaluer les élèves par exemple) ont déjà commencé à quitter massivement les lieux… l’IPR, irrité, alors lâche quelques remarques injurieuses allant jusqu’à remettre en doute notre posture professionnelle. Peut être aurait-il dû se féliciter d’avoir devant lui des enseignants avec un esprit critique ! La fin de la séance a été épique, l’IPR nous a interpelés en nous interpellant : « Bon… nous sommes en retard mais … A qui la faute ? » … Il a ensuite apostrophé une professeur stagiaire qui était en train de se diriger vers la sortie et lui a dit « Mademoiselle, vous n’avez pas le droit de quitter la salle, vous êtes payée pour suivre ces formations »… A la professeur stagiaire de lui rétorquer courageusement « j’ai un train à prendre, il est 16h 31 et je ne suis payée que jusqu’à 16h30 ». Face à l’hostilité généralisée et réciproque, beaucoup ont quitté la salle. Le commandant de réserve, visiblement en colère se permet une comparaison hasardeuse : «En salle des profs, on entend des conversations d’intellectuels qui ne servent à rien alors que nous dans l’armée on est dans l’action pour la nation » et enfin, un autre gradé de l’armée prend la suite en affirmant de manière décomplexée qu’il n’y a pas de déontologie dans l’éducation nationale ! Pour conclure, nous nous sommes tous sentis insultés tant par le choix des thèmes abordés qui témoignent d’une ignorance totale de nos problèmes quotidiens que par des propos inacceptables à notre égard et sur l’ensemble de la profession que, quelque part nous représentions ce jour là.
Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi, ça m'effraie, tout comme ça effraie Mimi ! Transformer les enfants en machine à tuer parce qu'ils deviennent ingérables et qu'on ne sait plus quoi en faire, n'augure rien de bon, loin de là, pour notre avenir et celui de l'humanité tout entière ! 


vendredi 10 décembre 2010

Allons bon !!! Des volcans, maintenant !!! Ca nous manquait !


Reconstitution d'un Néanderthalien, musée de Quinson.
photo trouvée sur le site Hominidés.com. 
Copie in extenso de l'article en lien ci-dessus repris d'une vraie mine en la matière le blog Paléoanthropologie que je vous recommande !!! 

Une étude montre que deux éruptions ont affecté l'Europe du sud voici 40 000 ans.

Les volcans sont-ils responsables de la disparition de l'homme de Neandertal? C'est l'hypothèse de deux chercheurs russes du laboratoire de préhistoire de Saint-Pétersbourg, qui ont découvert, dans une grotte des montagnes du Caucase, des couches de cendres correspondant à deux gigantesques éruptions volcaniques dont les retombées ont affecté toute l'Europe du Sud il y a quarante mille ans. Les poussières ont alors obscurci l'atmosphère pendant plusieurs années, dévastant tout l'écosystème de la région et précipitant la fin de notre lointain cousin. Les Homo sapiens, nos ancêtres, auraient été épargnés car ils vivaient à l'époque plus au sud, en Eurasie et en Afrique.

Source : L'Express du 03/12/2010

mardi 30 novembre 2010

Néanderthal et quelques autres dans des conférences passionnantes !

Miam ! Toute une série de conférences du Muséum d'Histoire Naturelle et du Musée de l'Homme, dont deux notamment sur Néanderthal absolument passionnantes, seulement en audio, hélas, mais géniales quand même et avec tout un tas de savants sympathiques et charmants ! Le lien Néanderthal et sapiens : la rencontre est absolument sensationnel... Les deux conférences qui s'y trouvent durent trois heures, mais ça vaut le coup de les écouter, on apprend plein de choses passionnantes ! Et parce que vous êtes mignons, une image sympa d'Emmanuel Roudier pour illustrer mon propos, tiens !
© Emmanuel Roudier.

dimanche 14 novembre 2010

Un chef d'oeuvre cinématographique inconnu...


Comme cette nouvelle déshumanisation du pauvre Néanderthal me contrarie vraiment, que ça fait plusieurs jours aussi que la chaufferie de mon immeuble est HS, j'ai eu une insomnie pour le moins constructive, cette nuit ! Vraiment énervée, impossible de fermer l'oeil, et me voilà donc partie sur Google en tapant "Homme des cavernes" histoire de voir quelles autres âneries j'allais bien pouvoir glaner, après tout, au stade où nous en étions, hein... Je cherchai donc quelque vidéo croquignole et éventuellement cro-mignonne, histoire de ne pas sombrer, comme le pauvre Néanderthal, dans le Néant total... Et là, j'ai eu une excellente surprise ! Je suis tombée sur un excellent film que son propre réalisateur conseille même de pirater, faute de distributeurs, et c'est un vrai chef d'œuvre ! Alors, je vous le fait partager, parce qu'il mérite vraiment d'être connu et découvert. C'est en anglais sous-titré français, mais c'est tellement bien fait qu'on finit happé par le récit et la situation totalement fantastique. Voici d'ailleurs le lien vers Wikipédia qui en parle :
http://fr.wikipedia.org/wiki/The_Man_from_Earth
Pas d'esbroufe ni d'effets spéciaux là-dedans, juste un époustouflant huis-clos entre amis qui découvrent le vrai visage de l'un d'eux qui choisit de se livrer et de leur livrer son incroyable secret en toute confiance, suscitant moult question et révoltes de la part de ses interlocuteurs, son récit remettant en cause bien des choses, et notamment les fondements religieux !
Mais je ne vous ferai pas languir davantage, voici cette merveille. Préparez-vous à une remarquable remise en question de bien des choses !

The Man From Earth 1/5
envoyé par Saladin1986. - Regardez des web séries et des films.


The Man From Earth partie 2 vostfr
envoyé par bobocana. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.



The Man From Earth partie 3 vostfr
envoyé par bobocana. - Regardez des web séries et des films.


The Man From Earth partie 4 vostfr
envoyé par bobocana. - Regardez des web séries et des films.


The Man From Earth partie 5 (fin) vostfr
envoyé par bobocana. - Les dernières bandes annonces en ligne.

A mon avis, vous ne pourrez être que séduits par cette étonnante histoire intelligemment filmée et remarquablement jouée ! Un pur chef d'œuvre, j'insiste !!! Faites-le connaître, il le mérite !!!

samedi 13 novembre 2010

Bis repetitas non placent !!!!

Le cerveau de Neandertal plus proche du singe
Raaaaaaaaaaaaaaaagh !!! L'article de Sciences et Avenir est encore pire !!! Maintenant, on parle de Néanderthals et d'humains !!! Parce qu'un être qui enterre ses morts, a des outils sophistiqués et un certain sens du beau, le langage et le feu, montre de la compassion envers ses semblables n'est pas un être humain, sans doute ??? Mais je vais me les faire, moi, ces foutus savants !!!
Hou que ça me fâche !!! Mais voici, in extenso, la reproduction de l'infamie :

Le cerveau de Neandertal plus proche du singe

Une étude montre qu’en dépit d’un volume presque identique, le cerveau humain évolue différemment de celui de l’Homme de Neandertal.


Comparaison des crânes de Neandertal et de Sapiens Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology Comparaison des crânes de Neandertal et de Sapiens Max Planck Institute for Evolutionary Anthropology

Parce que la taille des cerveaux des humains modernes et des Néandertaliens est similaire, de nombreux chercheurs ont précédemment supposé que les capacités cognitives de ces deux espèces étaient semblables. Une étude dirigée par des paléoanthropologues de l’Institut Max Planck (Allemagne) remet pourtant en question cette hypothèse.
Basée sur des relevés détaillés des traces laissés par le cerveau sur la boite crânienne d’humains et de Néandertaliens à différentes étapes de la vie, elle  montre des différences dans les schémas de développement du cerveau des deux espèces d’Homo, principalement durant la première année de vie.
Un des éléments clés de ces travaux, publiés dans le Journal of Human Evolution, a été la reconstruction du crâne d’un nouveau-né de Neandertal, découvert en 1914 par une équipe d'archéologues français près de Moustier en Dordogne.
Il en ressort que le cerveau humain prend une forme plus arrondie, plus « globuleuse », tandis que celui de Neandertal reste plus allongé comme chez les autres ancêtres et cousins de l'homme dont le chimpanzé, rajoutent les auteurs. Cela signifie sans doute que l’Homme de Neandertal avait un câblage neuronal différent du nôtre et qu’il ne devait probablement pas percevoir le monde comme nous.
« Nos résultats ont deux implications importantes », explique Philipp Gunz, de l’Institut Max Planck. « Nous avons découvert des différences dans les schémas de développement du cerveau qui pourraient contribuer à des différences cognitives entre les humains modernes et les Néandertaliens. Peut-être plus important, toutefois, cette découverte nous en dira plus sur notre propre espèce, nous espérons que nos conclusions aideront d'identifier la fonction de certains gènes qui présentent des signes de sélection récente chez l'homme moderne. »
Joël Ignasse
Sciences et Avenir.fr
Oui, ben alors, si ces pauvres Néanderthaliens n'étaient pas humains, Cro-Magnon aurait été zoophile ??? Eh bien, il a dû y en avoir pas mal, des zoophiles, puisqu'on en a jusqu'à quatre pour cent en nous, de Néanderthal ! S'ils avaient été si différents que ça, ce mélange aurait été totalement impossible !
Wang-Ka, la Néanderthalienne qui fait partie des héros de la saga à laquelle Mimi et moi œuvrons depuis le Moustérien, au moins ! :-D Le dessin est mon oeuvre, réalisée sur mon ordinateur, à la souris et avec Paint... Retravaillée avec différents traitements d'images.

jeudi 11 novembre 2010

Le Néandertalien pas aussi malin que l'Homo sapiens - dépêches AFP Sciences - la-Croix.com

Ci-dessus, le lien conduisant vers l'article original qui m'a foutu une grosse colère et dont parlait déjà Internaaze... Ci-dessous, la reproduction in extenso de la chose. Provenant d'une revue catholique, ça ne m'étonne pas vraiment... Hors Adam et Eve, pas de salut, alors, autant salir les ancêtres, hein ??? Ça me fâche, mais vraiment !!! Tellement, que ça me fâche, que j'en ai même fait un épouvantable cauchemar !!!

WASHINGTON (AFP) - Le Néandertalien pas aussi malin que l'Homo sapiens

Le cerveau de l'homme de Neandertal et celui de l'homme moderne, similaires à la naissance, avaient un développement très différent dès la première année de la vie, selon une étude qui dément l'idée selon laquelle les deux espèces avaient des capacités mentales comparables.
Ces différences dans la manière dont le cerveau se développe au tout début de la vie expliquent la forme arrondie distinctive du crâne humain absente chez les Néandertaliens et les autres ancêtres et cousins de l'homme comme le chimpanzé, observent les chercheurs de l'Institut Max Planck d'anthropologie de l'évolution (Allemagne).
Chez l'homme de Neandertal, disparu il y a 28.000 ans pour des raisons obscures après avoir co-existé avec l'homo sapiens pendant 10.000 ans, le crâne a une forme légèrement plus allongée.
Cette découverte est basée sur les comparaisons entre des empreintes virtuelles, à différents âges de développement, des circonvolutions cérébrales et des structures avoisinantes sur l'intérieur de crânes modernes et fossilisés d'Homo sapiens et de Néandertaliens, y compris des nouveau-nés.
Ces variantes observées tôt dans le développement du cerveau reflètent probablement des changements dans les circuits et branchements cérébraux, explique Philipp Gunz, principal auteur de cette communication publiée lundi dans la revue Current Biology.
C'est en fait l'organisation interne du cerveau qui compte le plus pour les capacités cognitives, ajoute-t-il.
"Chez les humains modernes, les branchements entre les diverses régions du cerveau sont établies durant la première année de la vie et sont importantes pour un degré avancé de socialisation, l'émotion et les fonctions de communication", précise ce chercheur dans un entretien avec l'AFP.
"Il est de ce fait improbable que les Néandertaliens perçussent le monde comme nous le percevons", a-t-il ajouté.
Le fait de savoir si les capacités mentales des humains modernes sont différentes de celles des Néandertaliens est un sujet controversé en anthropologie et archéologie, relève Philipp Gunz.
Dans la mesure où le volume du cerveau des Néandertaliens et de l'homme moderne sont similaires, de nombreux chercheurs supputaient que les deux espèces avaient des capacités mentales comparables, une hypothèse mise à mal par les résultats de cette recherche.
La différence de développement mental ne veut pas dire pour autant que les Néandertaliens, apparus il y a 400.000 ans, étaient des demeurés, souligne ce scientifique.
"C'étaient des chasseurs sophistiqués, hautement spécialisés. Il est très improbable que les Néandertaliens étaient totalement privés de langage, dont bien sûr nous ignorons le degré de sophistication", ajoute-t-il.
Mais dans l'évolution "le développement du cerveau est très similaire chez les chimpanzés, animal le plus proche de l'homme, et les Néandertaliens", relève l'anthropologue.
L'humain moderne est le premier dans la lignée des hominidés à connaître un tel développement des circuits de son cerveau durant la première année de sa vie, poursuit-il.
Le séquençage complet du génome de l'homme de Neandertal, publié en mai, a révélé des croisements avec les humains. Il montre très peu de différences génétiques entre les deux espèces, parmi lesquelles quatre gènes liés au développement mental.
Ces mêmes gènes, lorsqu'ils présentent des mutations, sont aussi impliqués dans la schizophrénie, l'autisme et la trisomie 21, a rappelé ce chercheur.
Il a enfin relevé que l'étude des dents a montré que le cerveau des Néandertaliens devenait adulte plus rapidement que celui des humains, un trait aussi partagé avec les autistes.
Donc, en résumé, notre Néanderthal aurait été une sorte de super bonobo parlant et industrieux ??? Ben tiens ! 
Et pour continuer dans le raisonnement, les gènes étranges venus d'ailleurs qui donnent quand ils mutent des schizos, trisos et autistes donnent, non mutés, des Néanderthaliens ??? Donc, tous ceux qui ont ces gènes non mutés sont donc des Néanderthaliens, et donc, du coup, des super-bonobos... Non mais moi aussi, je peux être de mauvaise foi et tenir des raisonnements spécieux !!! Ils ont mal à leurs ancêtres, et puis c'est tout ! Du racisme à rebours !!! C'est pas bien brillant, tout ça. Et puis rien ne dit que malgré leur croissance différente et l'organisation différente du cerveau ils nous étaient inférieurs... Ni supérieurs, d'ailleurs. Seulement différents. Et différent n'est pas synonyme d'inférieur, bon sang de bonsoir ! Ça m'énerve, des raisonnements spécieux comme ça, mais ça m'énerve !!!!

vendredi 5 novembre 2010

mercredi 3 novembre 2010

Mais quand on vous le dit, que Néanderthal était un type bien, sacrebleu !!!

Un grand MERCI à Internaaze pour ce passionnant article en lien ci-dessus et reproduit in extenso ci-dessous !!! 
mercredi 03 novembre 2010
Nombre de scientifiques tels Madame Patou-Mathis et Messieurs Picq, Thomas ainsi que Barbazat et d'artistes renommés n'ont pas attendu cette étude pour nous présenter des Néanderthaliens tout à fait fréquentables ! Voir à ce sujet la trilogie du "Dernier Néandertal", de Marc Klapczynski, sublimement écrite, les bandes dessinées d'Emmanuel Roudier, tant sa série "Vo'hounâ", parue chez Soleil et son dernier opus "Neandertal", paru chez Delcourt, le film de Jacques Malaterre "Ao le dernier Néandertal", très librement inspiré de l'œuvre de Marc Klapczynski, et enfin, les reconstructions diverses faites pour des musées par des sculpteurs de génie tels Élisabeth Daynès ou John Gurche et les frères Kennis, sans parler des saynettes peintes et reconstituées par Emmanuel Roudier, Éric Le Brun ou Florent Rivère, entre autres ! Bref, une preuve de plus que la plupart des Anglo-Saxons digèrent très mal cette part de Néanderthal qu'on nous a découverte récemment, à nous autres, les Eurasiatiques !!! Ca les emmerde, ça, un aïeul avec un look pareil dans la galerie des ancêtres, ça leur fait pisser de l'acide chlorhydrique, c'est à croire !  
Et puisque vous avez été sages, quelques petites illustrations sympas, tiens !
 Vo'hounâ, la très mignonne  Néanderthalienne issue de l'imaginaire fécond d'Emmanuel Roudier. © Emmanuel Roudier.
Un Néanderthalien à grimper aux arbres, façon John Gurche. © John Gurche.
Un autre, façon Élisabeth  Daynès. © Élisabeth Daynès.
Un autre, que je trouve choupinou, même si on ne la lui fait pas... version Éric Le brun. © Éric Le Brun.
Le sage et vieux Néanderthalien gardien du musée à lui consacré en Allemagne... Kennis Bros à l'oeuvre... © Kennis & Kennis.
Une vision du personnage d'Ao, issue de l'imaginaire d'Emmanuel Roudier, illustrant la couverture de la version jeunesse du roman de Marc Klapczynski. © Emmanuel Roudier.
Et Ao, interprété par Simon Paul Sutton pour le film de Jacques Malaterre... © UGC et Jacques Malaterre.

lundi 1 novembre 2010

Des poux pour déterminer l'origine des premiers vêtements - Webzine Café Du Web

Des poux pour déterminer l'origine des premiers vêtements - Webzine Café Du Web
Dans l'article ci-dessus, on apprend des choses fascinantes sur ce petit parasite discourtois qui nous embête depuis des milliers d'années, en bon primates que nous sommes... Assez étonnant et décapant, je dirais ! Amusant, aussi ! J'avais déjà lu une partie de cette information il y a deux ans à peu près dans un modeste entrefilet de Science et Vie, s'il m'en souvient... J'avais beaucoup ri, et m'étais dit que les généticiens à l'origine de cette découverte méritaient un magnifique Ig Nobel !!!

dimanche 31 octobre 2010

Ca, au moins, c'était de la voix !!!


Yma Sumac, avec une voix qui effleurait allègrement les cinq octaves (aussi étendue que le clavier d'un piano) était la reine de la musique exotique, du mambo dans les années cinquante. et soixante. Elle a connu un retour dans les dernières décennies grâce à la musique électronique. Elle est morte d'un cancer à l'âge de 86 ans en 2008, mais même sur la fin de sa vie, sa voix n'avait pratiquement pas perdu son extraordinaire tessiture.
On a tout dit d'elle, mais reste tout de même un personnage fascinant doté d'une voix fantastique qui éclipse, et de loin, toutes les Nana Mouskouri, Céline Dion et autre Mireille Mathieu qu'on voudra bien nous proposer ! Une voix comme ça, il n'y en a qu'une tous les millénaires !!! J'aimerais bien retrouver les films dans lesquels elle a joué, ça devait être délicieusement ringard mais génial !!!

mercredi 27 octobre 2010

Des explorateurs du temps pas très discrets ! (Le buzz de Lamar).

Le "Buzz de Lamar" est un blog original qui regroupe articles très pointus sur les dernières nouvelles technologies ou des anecdotes étonnantes... Cet article-là est assez sensationnel et tout à fait remarquable !

vendredi 22 octobre 2010

La marche néanderthalienne. (Pour la Science).

Pour la Science - Actualité - La marche néandertalienne reconstituée

Copie in extenso de l'article en lien ci-dessus...

La marche néandertalienne reconstituée


La reconstitution de la marche des Néandertaliens ne fait apparaître aucune différence notable avec celle des hommes actuels, hors, peut-être, une robustesse et une puissance légèrement supérieures.
François Savatier
Le LABO, c'est-à-dire le Laboratoire d'anatomie, biomécanique et organogénèse de la faculté de Médecine de l'Université Libre de Bruxelles vient de démontrer  que les Néandertaliens marchaient comme les hommes modernes. A priori, la question paraît curieuse, car lorsqu'ils furent contemporains, Homo neanderthalensis et Homo sapiens eurent des modes de vie proches : celui de chasseurs-cueilleurs. Ils devaient donc marcher beaucoup, et même courir.
Pour autant, les membres inférieurs néandertaliens auraient pu fonctionner différemment des jambes de l'homme moderne. Pour tester cette possibilité, Tara Chapman, Serge Van Sint Jan, Patrick Semal et des collègues ont créé un modèle de jambes néandertaliennes à partir des os fossiles de Spy II (découvert en Belgique), de Kebara 2 (Israël) et de Néanderthal 1 (Allemagne). Après avoir tomographié les os de membres inférieurs nécessaires pour en obtenir la configuration précise, ils ont procédé à une restitution en trois dimensions de ces os sur ordinateur ; une mise à l'échelle et certains réglages leurs ont permis d'accorder en une seule forme cohérente les tailles et les configurations de ces os de provenances différentes. Les jambes néandertaliennes virtuelles ainsi obtenues ont ensuite été mises en mouvement à l'aide d'un logiciel développé au LABO pour analyser la marche de patients souffrant de troubles musculosquelettiques. La marche néandertalienne reproduite a ensuite été comparée aux mouvements des membres inférieurs d'individus modernes et même de bonobos, l'espèce de primates actuels anatomiquement la plus proche de nous.
Qu'en ressort-il ? Tout d'abord, que le marcheur néandertalien virtuel a la même amplitude articulaire qu'un marcheur actuel, très supérieure à celle des bonobos. Tous les comportements des différentes composantes de la jambe sont en adéquation avec le fonctionnement d'une jambe moderne. Cela dit, à taille égale, le squelette néandertalien reconstitué suggère une robustesse plus élevée que celui des humains modernes. Cette robustesse constitutive entraîne un placement différent de nombreuses insertions musculaires. Les chercheurs ont constaté que ces placements mettent les muscles en situation d'exercer des couples parfois nettement plus importants sur les articulations que dans la configuration moderne. À puissance égale, un Néandertalien dépensait moins d'énergie mécanique, explique ainsi Serge Van Sint Jan. Dans un environnement froid où se procurer de la nourriture était difficile, cela a pu représenter un avantage. Il est cependant difficile d'en être sûr, car cela dépend de l'efficacité physiologique du corps néandertalien, qui n'est pas connue.
Pour autant, l'agilité de la jambe dépend aussi de l'entraînement et du cerveau qui la contrôle. Il est donc probable que puisque la fonctionnalité des jambes des deux espèces sont comparables, les hommes modernes contemporains des Néandertaliens présentaient une mobilité similaire. Du reste, un autre facteur – l'usage de chaussures – a pu jouer un rôle : Erik Trinkaus, de l'Université de Washington à Saint Louis, aux États-Unis, pense avoir mis en évidence que les phalanges des petits orteils sont devenues de plus en plus graciles au cours d'une période allant du début du Paléolithique supérieur (il y a entre 35 000 et 8 000 ans) jusqu'à l'époque moderne. En outre, cette tendance s'est accentuée alors que les Européens devaient endurer un climat plus froid, constatation qui expliquerait le port de chaussures. En effet, celui-ci atténue la réaction du sol supportée par le petit orteil, ce qui expliquerait l'évolution de la forme de ce dernier. Puisque la jambe néandertalienne fonctionnait comme la jambe moderne, il est probable (même si cela n'est pas prouvé!) que le pied néandertalien, comme le pied moderne, avait aussi besoin de se protéger du froid… Dès lors, même si le mocassin n'est attesté que depuis quelque 12000 ans par une trace de pieds chaussés dans la Grotte de Fontanet en Ariège, il est vraisemblable que les Néandertaliens, qui ont traversé trois glaciations, l'avaient déjà inventé, et que cela influa sur leur mobilité…
 
Christophe Cagé
Christophe Cagé
Un homme de Néandertal aux prises avec la neige. Lui et ses congénères ont longtemps vécu de la chasse dans des environnements de type nordique, où paissaient de grands troupeaux d'herbivores (mammouths, rennes,...). Ils ont survécu à trois glaciations. Voilà qui ne laisse aucun doute sur leur grande mobilité, mais ne prouve pas, cependant, que leur marche était identique à celle de l'homme moderne.

À voir aussi

LABO/ULB
LABO/ULB
La mise en mouvement du modèle virtuel de jambe néandertalienne fait appel au logiciel lhpFusionBox. Elle suppose la simulation des nombreuses forces et autres bras de levier exercés par le sol, puis celle des jambes. Elle implique de simuler non seulement les os (à partir de fossiles), mais aussi les tendons et les muscles, dont les comportements sont inspirés de ceux des jambes de l'homme moderne, recalibrés en fonction des os néandertaliens.
Et voilà ! Donc ceux qui continuent à imaginer que Néanderthal marchait comme un gorille n'ont qu'à aller se rhabiller !!! Et se chausser, aussi tiens, par la même occasion !!! Jacques Malaterre était encore tombé dans ce travers, contrairement à Emmanuel Roudier qui a toujours imaginé que ses Néanderthaliens bougeaient agilement, se tenaient bien droits, et devaient même faire montre d'une dangereuse puissance de grand prédateur, ce que les vestiges archéologiques et les restes humains de cette époque prouvent de plus en plus !!! Bravo, Manu !!! Mimi et moi avions toujours eu en tête des gens extrêmement puissants, certes, mais redoutablement souples et lestes aussi ! Et voir nos intuitions confirmées par la science, ça fait plaisir, quand même ! 

lundi 18 octobre 2010

Le meneur de meute, couverture

Le meneur de meute, couverture
Miam ! Que du bon en perspective !!! Allez voir ce chouette article en visitant le lien ci-dessus... 
Le projet de couverture du troisième tome de la saga "Néandertal", à paraître chez Delcourt.
©Emmanuel Roudier.

dimanche 10 octobre 2010

Pour Zed et les autres...


Pour Zed, un peu d'électro tiens ! Au fait, j'ai pas encore eu le temps d'écouter tes musiques... Honte ! D'ailleurs, cette musique est tout à fait en rapport avec le thème principal et le décor de ce blog... LOL !!!

mercredi 6 octobre 2010

AO LE DERNIER NEANDERTAL de Jacques Malaterre °° : Sur la Route du Cinéma

Une critique du même Ao franchement bête et méchante, ou quand un beauf regarde un film... La honte ! Je serais lui, je me cacherais ! Quel homo cretinus soffisensis ignorens que le rédacteur de cet article malgré tout fort drôle au demeurant, mais enfin, tout de même !!! Choquée, je suis choquée !!!! On NE TOUCHE PAS A MON NEANDERTHAL, na !

Les amants de la nuit des temps, Aki et Ao.
© Jacques Malaterre, Patrick Glaize & UGC.
Je ne dis pas qu'ils étaient parfaits, hein, ils étaient humains, comme nous, et sûrement tout aussi allumés, la rançon de l'intelligence et de la conscience, mais franchement, là, le jeune gommeux qui a pondu cette infamie d'article aux propos malsonnants mériterait le knout et le pal, ensuite ! Ou alors de servir de cible à un entraînement à la sagaie et au propulseur préhistoriques, voire même aux simples cailloux !!! Consternant ! Mais j'ai malgré tout ri en le lisant, parce que la manière dont les choses sont dites est plutôt drôle, hélas !

mardi 5 octobre 2010

Une critique d'Ao, le dernier Néandertal, assez sympa et drôle...

A cause de sa voix off persistante plombant un peu l'action, la plupart des critiques de ce pourtant très joli film sont assez cruelles... J'en ai quand même trouvée une sympathique, sur Le Matin... La voici in extenso, elle est chouette !

Né moche, Neandertal est en plus mort de stress



mage © DR
Héros du film «AO», l’homme de Neandertal a le front fuyant, les arcades sourcilières proéminentes et le nez écrasé.
Le film «AO» (à voir dès mercredi dans les cinémas romands) transforme cette grande brute de Neandertal en gendre idéal. Exagéré?
Jocelyn Rochat - le 25 septembre 2010, 21h16
Le Matin Dimanche
Parce qu’il était moche, il est devenu le mal-aimé de la préhistoire. Dès la découverte de ses os inhabituels, en 1856, des chercheurs ont imaginé que Neandertal était une brute épaisse, incapable de parler et dénuée de tout sens artistique. «Il a d’abord été considéré comme un être aberrant ou pathologique, rappelle la préhistorienne française Marylène Patou-Mathis. On le représentait velu et voûté, penché en avant, comme une créature plus proche du singe que de l’homme.»
On riait encore de son physique ramassé (1,64 mètre pour 80 kilos), sans comprendre que sa morphologie lui permettait de résister aux températures polaires d’une Europe recouverte de glaciers. On se moquait de son nez épaté, sans voir que la profondeur de ses sinus réchauffait l’air avant qu’il n’atteigne ses poumons. On pensait que ses gros orteils l’apparentaient à un singe, alors qu’ils favorisaient la course de ce formidable chasseur.
On n’imaginait pas non plus que sa posture voûtée était due à une arthrose des vertèbres cervicales, dit la paléontologue Claudine Cohen.
Non content d’être moche, Neandertal avait encore pour défaut d’être «boche», dit, en substance, Pierre Baron dans le numéro que la revue Historia a consacré, en avril dernier, à la créature préhistorique.
Des origines teutonnes
Selon l’éditorialiste, cet hominidé aurait, pour son plus grand malheur, été découvert en Allemagne, dans la vallée du Neander, quand les premiers ossements d’Homo sapiens ont été retrouvés dès 1868 en Dordogne (France). Son «origine» teutonne aurait incité les scientifiques français à préjuger de la supériorité des Sapiens, jusqu’à la Première Guerre mondiale.
Si cette thèse est contestée, les scientifiques s’accordent aujourd’hui pour admettre que Neandertal a été victime d’un délit de «sale gueule». Car il valait bien mieux que sa caricature. D’abord, il n’était pas bête. Son cerveau était plus gros que celui de ses contemporains Sapiens, nos ancêtres. Comme eux, il pratiquait des rites funéraires. Comme eux, il se livrait à des expériences artistiques. Comme eux, il était doté de la parole. Des généticiens ont en effet isolé le gène FOXP2 dans son ADN, un gène qui joue chez l’homme moderne un rôle actif dans les régions du cerveau liées à l’apprentissage des langues.
Mieux qu’Homo sapiens, Neandertal savait encore chasser. Ce gros mangeur de viande, qui avalait jusqu’à 6000 kilocalories par jour, traquait les bisons, les chevaux, les rennes ou les cerfs. Gourmet, il appréciait la chair des jeunes mammouths. Opportuniste, il n’hésitait pas à pêcher des phoques et des dauphins sur le bord de mer. Autant de prises qu’il cuisinait comme un chef: braisées, cendrées, enrobées dans l’argile ou bouillies avec des pierres chauffées.
Neandertal était tellement adapté à son époque qu’on peine à comprendre sa disparition. A-t-il succombé sous les coups de silex de ce superprédateur appelé à devenir l’homme moderne? «Il n’y a pas eu d’extinction massive, mais une disparition progressive, répond Marylène Patou-Mathis. Le déclin des néanderthaliens semble coïncider avec l’arrivée en Europe de groupes d’hommes modernes, il y a 45 000 ans, arrivée qui a été suivie par une cohabitation d’environ 12 000 ans.»
Un de nos ancêtres
Parmi les hypothèses qui permettent d’expliquer sa disparition, «on opte aujourd’hui pour celle d’un «stress» engendré par l’arrivée d’hommes différents (mais qui leur ressemblent), qui ont provoqué chez ces hominidés un comportement d’évitement, et une chute démographique qui leur fut fatale», poursuit la préhistorienne.
 Désormais éteinte, cette variation de l’humanité survit cependant un peu en nous. Nous savons en effet que des Néanderthaliens et des Sapiens ont eu des enfants ensemble, comme le montre le film «AO».
Ces unions lointaines expliquent que les Européens et les Asiatiques du XXIe siècle (mais pas les Africains, puisque la rencontre s’est produite au Proche-Orient) possèdent en moyenne 4% de gènes néanderthaliens. Un héritage inattendu qui fait du présumé crétin des Alpes préhistoriques l’un de nos lointains ancêtres, promotion que Neandertal doit à une équipe internationale de généticiens dirigée par un Suédois nommé Svante Pääbo.
Et un Pääbo qui réhabilite un très moche, c’est une très jolie fin à cette histoire de malentendu.

Au moins, ce commentaire a le mérite d'être très drôle, et pas trop méchant... Parce que les autres critiques, aïe, aïe, aïe ! Ça les emmerde, ça, que Néanderthal ait pu être un type plutôt cool !!! Quoi ? Un moche gentil et intelligent ? Irrecevable ! Eh, bien, huit millions d'années, à peu près, pour en arriver à ce niveau d'intolérance et de connerie, on se dit que le chemin est encore long à parcourir ! Les gens sont majoritairement méchants, et les vrais moches, dans l'histoire, c'est bien eux !
Beaucoup de critiques reprochent au film une certaine lenteur... Oui, mais à l'époque, les gens prenaient le temps, ils suivaient les saisons, les bêtes, et n'avaient pas besoin de se hâter plus que nécessaire. A l'époque, à chaque jour sa peine suffisait, et il n'y avait pas, alors, mis à part quelques bêtes et peut-être bipèdes discourtois, de motifs de se hâter plus que nécessaire ! Donc, on prenait le temps, on marchait toute la journée s'il le fallait, on se chassait son dîner si besoin était, mais il n'y avait pas d'autres raisons pour se mettre la rate au court-bouillon excepté les animaux parfois féroces et les -rares- bipèdes qu'on pouvait croiser et qui pouvaient  -parfois, mais très rarement !- être des teignes hostiles. Par contre, sous la pression d'êtres plus teigneux et conquérants, il est tout à fait possible que les Néanderthaliens aient préféré l'évitement, ainsi que le pense Marylène Patou-Mathis, ce qui n'a pas empêché, ainsi que nous le prouve à présent la génétique, que certaines rencontres exceptionnelles et probablement tendres aient pu avoir lieu entre ces humains conquérants et pourtant plus fragiles, et le petit trapu costaud un peu poilu de service ! Qui sait ? Peut-être les petits Néanderthaliens ont-ils été attendris par ces grandes perches qui semblaient bien démunies et fragiles, ainsi que dotées de visages enfantins à leurs yeux ? Peut-être qu'une demoiselle Cro-Magnon a trouvé le drôle de petit bonhomme qui lui faisait face doté d'un regard clair et limpide, doux et gentil, attirant ? Qui nous dit qu'un Cro-Magnon n'aura pas été fasciné par une ardente rouquine ou une blondinette un peu trapue, les filles de sa tribu étant toutes de grandes bringues brunes plus ou moins piquantes ? Bref, il y a eu quelques unions, et c'est très chouette comme ça ! Tant mieux ! Et si ça dérange les créationnistes que Dieu n'ait pas tout à fait créé l'homme à son image, et qu'Il en ait même fait plusieurs, tant mieux ! Si ça pouvait les dessiller et leur faire brancher leurs cerveaux, à ceux-là, nous vivrions sûrement plus en paix ! Quasiment autant en paix que ne vivaient nos lointains ancêtres, en fait !
Il faut savoir, pour conclure, que les traces de violence réellement avérées remontent au Néolithique. Avant, ces traces sont vraiment rarissimes et plutôt le fruit soit d'accidents de chasse ou de très rares escarmouches ! Mais la guerre, c'est au Néolithique qu'elle apparaît, et tout son cortège d'horreur et d'iniquités aussi.
Donc, oui, nos ancêtres étaient plus cool que ça et probablement, d'ailleurs, inspirés par l'exemple de ce brave Néanderthal...
   

samedi 2 octobre 2010

Des préhistoriques choupinous !


 Un couple mixte et néanmoins très charmant © Emmanuel Roudier et le Monde 2.

Emmanuel Roudier a illustré un article du Monde 2, paru ce vendredi soir, parlant de la rencontre rapprochée entre Néanderthal et Cro-Magnon par un très mignon dessin ! Il l'a d'abord fait simplement à l'encre et c'est finalement la version colorisée de la chose qui a été retenue par le célèbre journal... 
C'est très mignon, comme dessin, la petite jeune femme Cro-Magnon, au teint mat et aux longs cheveux bruns est ravissante, et le jeune Néanderthalien est ma foi, visiblement, un très charmant petit gars, avec de grands yeux clairs, une belle chevelure nattée d'un roux ardent, et une expression aimable et souriante ! Autrement sympathique, comme vision, que les propos de M. Hublin qui parlait, dans l'émission de France 5 "C'est dans l'air", de Cro-Magnons qui auraient "ramassé quelques femelles Néanderthal en route !". Comme je l'avais écrit à l'époque, même les Néanderthaliens devaient y réfléchir à deux fois, avant d'aller "ramasser" leurs compagnes, les Néanderthaliennes étaient suffisamment athlétiques pour leur faire rendre gorge, oui, tout costauds qu'ils étaient, a fortiori un grand Cro-Magnon, qui, bien que plus haut, était nettement moins costaud, malgré tout !
Alors, imaginer cette jolie rencontre toute douce et gentille entre ce jeune Néanderthalien visiblement agréablement surpris et conquis, et cette mignonne jeune fille moderne, est d'autant plus touchante ! Tout comme le sont, dans la même optique, l'histoire d'Ao tant vue par Marc Klapczynski qui transforme l'homme de Néanderthal en une sorte de preux chevalier du paléolithique, que Malaterre qui en fait un écologiste-né, et un pacifiste, même si au départ, l'insistance du jeune homme est un peu tempérée par un de ses congénères qui l'assomme un peu histoire de lui apprendre une élémentaire courtoisie, ou alors, osons-le, le "ramassage" de Vo'hounâ par Cheval-Cabré, chose pas facile, et toute la trame de la merveilleuse saga de B.D. de Manu dont j'espère que nous verrons enfin le dénouement bientôt !!! D'ailleurs, ce dessin est tellement charmant, que je vais me le coller en en-tête de ce blog pour un petit moment !!!
Moi ? Fleur bleue ? 
Et puisque c'est comme ça,  je vous mets aussi la version non colorée du même dessin, tiens, que je trouve tout aussi belle que celle publiée sur le Monde 2 ! Ces petits amoureux d'outre-temps sont décidément trop choupinous !
         Le même dessin, en blanc et noir. ©Emmanuel Roudier.