jeudi 8 mai 2008

C'est trop laid !!!

Hier, j'ai quand même tiré le nez dehors, histoire de prendre un peu le soleil et faire un tour au marché histoire de promener mon cafard, et lui faire prendre un peu l'air.
Je me demande pourquoi les gens s'obstinent à aller à ce marché du boulevard de Reuilly dans le XII° où fruits, légumes et denrées alimentaires diverses coûtent aussi cher ou presque que chez Fauchon !!! Bref, le moindre kilo de patates était presque à 2 €, les autres fruits et légumes navigant entre 3 et 10 € le kilo !!! Ils enfument les champs avec de l'or ou quoi ???
A ce rythme, ça va finir comme en Afrique, avec des émeutes pour manger !!! Mais bon, moi, je ne voulais pas acheter quoi que ce soit, je voulais juste prendre l'air. Bref, je regardai les étalages de vêtements, pensant trouver un petit haut ou un petit pantalon léger pas trop cher pour l'été... Toutes les nippes étaient entre 5 et 10 €, mais TOUTES SANS EXCEPTION étaient d'une hideur absolue !!! Entre la façon bâclée de la plupart des vêtements dont fils pendaient, les imprimés hideux et les coupes abominables, le style général des défroques exposées hésitait entre des tenues dignes de prostituées sur le retour ou alors des rossignols dont les braderies les plus paumées n'auraient pas voulu, et que même les vamps et les Deschiens auraient rejetées avec horreur, car vraiment trop affreuses !!! Car quand ce n'était pas d'une vulgarité sans nom, c'était d'une hideur affligeante, et quand je dis ça, c'est encore trop gentil !!!
Ce marché, auquel j'allais souvent quand je travaillais à proximité, il y a quelques années, vendait à l'époque des vêtements plutôt jolis, et on trouvait souvent des choses à prix raisonnables et tout à fait mettables... Mais là, vraiment, je pense qu'ils vont garder ces vêtures immondes pour un bon moment ! C'était vraiment TROP LAID !!!

1 commentaire:

Mimi a dit…

Eh bien heureusement que tu es déprimée, sinon, qu'est-ce que ça serait ? Je suis en train de me tordre de rire dans mon lit en te lisant ! Plus encore que quand tu m'a raconté ça l'autre soir au téléphone.