samedi 2 août 2008

Fin du voyage de Délian-Ka... par Mimi

Toujours à l'infirmerie de la base intertemporelle Gamma, l'âme et le corps de Délian-Ka ont vraiment du mal à se réunir... La pauvre Néanderthalienne a peur de réintégrer son corps bien amoché... Et, surtout, de découvrir la vérité sur l'origine de cet accident terrible.
Petite explication : Niouk est le surnom d'Anaïak, le mari de Wang-Ka, dite Tinky. Naho, le surnom d'Enah-Ohar, l'un des ex de Délian-Ka. Niya est l'autre ex de Délian-Ka, Innocent Maxence, le métis moderne-néanderthalien est le mari actuel de Délian-Ka, et Wenn-Daha l'ami d'enfance de Délian-Ka. Eh oui, elle a eu une vie mouvementée, Délian-Ka !
Un Mohar est un homme de la tribu des Moharn, engeance néanderthalienne hélas méconnue... Un Marrakh, le chef d'un clan de la tribu des Marrakhéïn, hélas disparue dans les brumes du temps, et Tilirina, l'équivalent marrakhéï de petite chérie. Ben oui, pourquoi n'auraient-ils pas inventé les mots doux, ces pauvres Néanderthaliens ?

24 février 3001 (suite)

Innocent le mécréant

« - Mais nous ne parlons pas de son corps, mécréant de moderne ! se fâcha Anaïak, C’est son esprit qui est là ! Son esprit que nous tentons en vain de ramener parmi nous depuis deux lunes ! Moi aussi, je l’ai perçu !
- Elle disait qu’elle avait mal ! dirent Naho et Niya en un chœur touchant, me lâchant à leur tour mais plus délicatement, tout de même.
- Elle a gémi, c’est tout ! dit sèchement Innocent, Elle ne sait plus que gémir depuis tous ces mois ! Pas besoin d’être un sorcier de pacotille pour croire que l’on perçoit sa souffrance !
- Innocent, écoute… commença Tinky d’un ton conciliant.
- Non, TOI écoute-moi ! Écoutez-moi tous, bande de macaques stupides et superstitieux ! C’est tout de même de MA FEMME que l’on est en train de parler ! Et ma femme se meurt ! Depuis qu’elle est dans cet état épouvantable, je ne sais plus à quel saint me vouer, moi ! A tel point que j’ai bien voulu échanger les icônes de mon enfance contre vos divinités païennes ! J’ai voulu croire à votre magie, ou votre sorcellerie, appelez ça comme vous voudrez ! Oh, Dieu sait que j’ai voulu croire à tout ça ! Qu’avec vos soi-disant pouvoirs, dons, magnétismes, visions ou que sais-je encore, vous alliez pouvoir me la ramener et faire en sorte qu’elle reprenne connaissance ! Qu’elle guérisse ! Mais regardez-là ! Jamais, plus jamais elle ne sera comme avant ! Qui sait ce que son cerveau a enduré depuis tout ce temps ! Quelles lésions ont pu l’endommager ! Et la médecine du XXX° siècle n’a rien pu faire contre ça ! Alors ne venez pas me faire croire que vos salamalecs de sauvages cavernicoles vont réussir là où la VRAIE médecine a échoué ! acheva-t-il d’une voix rauque.
- Non mais dis donc, Innocent Maxence ! protesta Niya, Depuis quand nous tiens-tu dans un mépris pareil ?
- C’était notre femme avant d’être la tienne ! » rappela Naho.
Ceci fut sans doute le mot de trop : Innocent fit le tour du petit lit et se posta devant Enah-Ohar, les lèvres retroussées, les yeux brillants. Le Mohar lui opposait un calme souverain et quelque peu méprisant. Niya, non loin de là, gronda sourdement.
« - Ça suffit, tous les trois ! s’écria Anaïak en lâchant mon autre bras pour venir se poster au beau milieu du belliqueux trio, Vous n’avez pas honte ? Où vous croyez-vous ? C’est une unité de soins intensifs, ici !
- Tu crois qu’on ne le sait pas ? dit Niya d’un ton à la fois boudeur et penaud.
- Écoutez, les gars ! Je sais que vous êtes tous plus ou moins fous de cette femme et je comprends très bien que ce qui arrive puisse vous porter sérieusement sur les nerfs ! reprit le Marrakh, Si une chose pareille arrivait à ma Tilirina, je suis sûr que j’en deviendrais comme fou ! ajouta-t-il en entourant d’un bras puissant les blanches épaules de sa rousse mie, Mais bon sang de pétard de merde, un peu de tenue !
- Voilà qui est édifiant et donne tout à fait envie de suivre ton exemple Anaïak Aïnak Bokhr ! sourit Tinky à travers des larmes d’émotion qu’elle ne cherchait plus à retenir.
- Ce que je veux dire, c’est que si Délian-Ka vous voit, ce n’est pas votre attitude qui va lui donner envie de revenir ! dit Niouk.
- Et comment veux-tu qu’elle nous voie ? demanda Innocent, Ses yeux sont fermés ! Je doute même qu’elle nous entende ! Si elle n’est pas encore poussière, ce n’est plus qu’une question de temps !
- Mais tais-toi, imbécile ! s’écria Tinky choquée et horrifiée.
- Imbécile ? répéta Wenn-Daha, Tu ne crois pas si bien dire ! C’est de ça qu’elle nous a traités ! « Vous me faites mal, bande d’imbéciles ! ». cita-t-il en ne cherchant plus à retenir ses larmes.
- Si vous l’avez entendue vous dire ça, c’est que vous êtes plus lucides que je ne croyais ! déclara méchamment Innocent, En fait, ce n’est pas elle que vous avez entendu ! C’est votre conscience ! Vous n’êtes qu’une bande de sauvages superstitieux ! Et je commence à en avoir assez que la survie de ma femme dépende de vos grigris et de vos psalmodies ! J’en ai assez qu’elle soit laissée aux mains d’incapables qui, bien que modernes, croient plus à vos simagrées qu’en la vraie science ! Je m’en vais signer de ce pas les décharges pour qu’elle sorte d’ici et je la fais transporter dans un hôpital digne de ce nom ! Je n’ai que trop tardé !
- Et peut-on savoir où tu comptes la faire admettre, grand nigaud ? demanda Tinky, se plantant devant lui, poings sur les hanches.
- N’importe quel établissement, même l’hôpital le plus vétuste sera plus à même de la soigner que le Barnum qui sert d’infirmerie à cette base ! décréta mon époux, odieux.
- Aucun hôpital, même le plus vétuste n’acceptera une Néanderthalienne dans ses murs et tu le sais très bien, Innocent Maxence ! rappela pertinemment Tinky, Les seuls hôpitaux où l’on pourrait accepter de la soigner sont les infirmeries lemerciennes où ces chacals font soigner leurs braves petits soldats ! Est-ce cela que tu envisages ? Réponds !
- Mon père était militaire ! répondit Inno, pensif et quelque peu décontenancé, Il a sûrement des accointances… Des gens bien, comme lui… Je pourrais faire passer Kanou pour ma domestique et ils nous aideraient…
- Innocent Maxence, moi vivante, Délian-Ka ne remettra plus les pieds dans une de ces succursales du sein putride de Taïa-Araakh ! gronda Tinky, Des gens bien, chez les Lemerciens, ça n’existe pas ! Ton père, certes, c’est un accident ! Et il y a aussi la petite Enah-Ghâr devenue le Général Caroline Durand qui travaille pour nous mais même de ceux-là, je me méfie, avec tout le respect que je leur dois et même si j’ai vu grandir Caro !
- Enfin, ça vaut le coup d’essayer, non ? insista Innocent, des larmes dans la voix, faisant un pas vers le lit comme s’il voulait m’en arracher.
- Pas question, Innocent ! riposta Tinky dont les yeux se mirent à briller d’une manière effrayante, Si tu la sors d’ici, tu la condamnes à mort ! D’abord parce qu’elle est intransportable ! Ensuite, parce que ton idée ne tient pas la route ! Qui voudra croire qu’un homme moderne est assez fou pour vouloir faire soigner une simple bonne dans une caserne ? Les hommes de ton temps changent d’effectif quand la domesticité n’est plus opérationnelle, tu le sais !
- Sans compter qu’il s’agit de blessures occasionnées par un ours et que le premier adjudant venu comprendra que les blessures de Kanou n’ont pas été reçues dans une confortable maison du XXX° siècle ni même sur un champ de bataille. objecta Wenn-Daha.
- Et puis tu oublies un peu vite que tu es recherché par toutes les polices de ton temps et de ton monde ! renchérit Niouk, Dès que tu auras fait un pas dans n’importe quelle caserne que ce soit avec Kanou dans les bras, c’en sera fini de vous… et de nous tous !
- Ah, il n’y a donc que ça qui vous intéresse ! persifla Innocent, Vos foutues bases et vos non moins foutus Gardiens des Siècles.
- Tu sais bien que non, Inno ! dit Tinky en posant une main sur son épaule, Nous agissons pour votre bien à tous les deux et nous avons raison, tu le sais !
- Tss ! fit-il en se dégageant, « Nous avons raison » ! « Nous avons raison ! » ! C’est tout ce que tu sais dire, toi ! Kanou me le répétait souvent ! Elle disait que cette phrase pourrait servir de synopsis à toute ton histoire ! Tu ne comprends donc pas que c’est pour ça qu’elle s’est laissée tuer par cet ours ? Parce qu’elle en avait assez de toi, de ton autoritarisme et de ta façon de vouloir tout régenter dans l’Univers comme dans sa vie ? Eh bien moi, c’est pareil, figure-toi ! J’en ai assez, plus qu’assez que de parfaits étrangers décident à ma place du sort à réserver à ma femme mourante ! Je veux la sortir de là et je le ferai quoi que vous en disiez et quoi qu’en disent vos soi-disant vision ! « Bande d’imbéciles » ! « Bandes d’imbéciles » ! Ha ! C’est plus que de la transcommunication, ça ! C’est de la lucidité ! Et lucide, je le suis aussi ! A partir de maintenant, c’est moi qui prends en main la destinée de ma femme ainsi que la mienne ! Il ne faudrait pas, sous prétexte que j’ai l’air d’un moderne, me considérer comme un sous-être qui n’a rien à dire ! »
Et sur cette virulente tirade, il bouscula mes amis et sortit à grandes enjambées de la pièce dont il claqua violemment la porte, au mépris de tout savoir-vivre

Un rare désaccord entre Tinky et Niouk.

Les cinq Néanderthaliens restèrent interdits pendant quelque instants, soufflés par cette tirade virulente, ces arguments inattendus et l’attitude franchement inqualifiable d’un Innocent à qui j’avais, finalement, pas mal de raisons d’en vouloir.
Certes, il prétendait m’aimer, mais sa manière de traiter l’engeance dont j’étais issue n’aurait su être tolérée. Comment pouvait-il aimer une femme et mépriser à ce point l’ethnie dont elle faisait partie ?
Tinky fut la première à réagir, qui se tourna vers son mari.
« - Niouk ! dit-elle, Je n’aime pas ça ! Et s’il allait mettre ses menaces à exécution ?
- Tu sais bien qu’il n’en fera rien ! assura Anaïak avec un sourire tranquille, A mon avis, c’est la douleur qui le fait raisonner comme un pauvre fou mais jamais il ne fera quoi que ce soit qui puisse être préjudiciable à Kanou !
- De toute façon, il pourra bien signer toutes les décharges qu’il voudra, Matthieu ne le laissera jamais sortir d’ici ! dit Naho.
- Je le connais, le père Matt ! renchérit Wenn-Daha, Quand il à dit non, c’est non !
- Il le fera plutôt enfermer dans une cellule capitonnée que le laisser faire n’importe quoi et mettre tout le monde en danger. reprit Enah-Ohar, confiant, De toute façon, je suis prêt à lui prêter main forte en rédigeant un rapport psychiatrique suffisamment épicé au sujet de Maxence pour qu’il reste au frais jusqu’à ce que Kanou se réveille ! ajouta-t-il, vachard, l’œil brillant de malice.
- Ouais, et même au-delà ! ronchonna Niya qui n’avait toujours pas digéré le fait de s’être fait coiffer au poteau par un demi-moderne, Et si tu pouvais t’arranger pour qu’il reçoive quelques bonnes piqûres calmantes dans le cul matin et soir, je me ferai un plaisir de les lui faire, non mais !
- Ça suffit, tous les deux ! gronda Anaïak, Par Moïa, en quelle langue faut-il vous dire de vous tenir correctement ici ? Vous ne brillez guère par votre solidarité, tous autant que vous êtes ! Vous ne comprenez pas que c’est la douleur qui le rend comme fou et qu’il ne pense pas un traître mot de ce qu’il dit ?
- Moi je ne sais pas ! dit Tinky, regardant ses ongles, pensive, Je n’ai pas vraiment apprécié la façon dont il nous a parlé ! Depuis que Kanou est dans cet état, on dirait qu’il nous en veut personnellement ! Que c’est notre faute !
- Alors que c’est à cause de lui que tout à commencé ! fit Wenn-Daha.
- Mais non ! dit Naho, Pourquoi parler des choses que tu ne connais pas, gros balourd ? Tu n’y étais pas ! Tu ne sais pas ce qui est arrivé ! En vérité, tout est la faute de ce foutu moderne ! Si elle n’avait pas décidé de le suivre, nous n’en serions pas là ! Ah, je n’aurais jamais dû le faire rentrer chez lui, celui-là ! Et surtout, lui faire tout oublier de son aventure ! J’aurais dû au moins faire en sorte que l’image de Kanou dans la neige reste imprimée dans sa mémoire afin qu’il en fasse, comme moi, des cauchemars toutes les nuits ! »
De mon perchoir, j’écoutai soudain avec une attention redoublée. Quel moderne ? Quelle aventure ? De quoi parlaient-ils ? Par Moïa, je ne comprenais plus rien !
« - En vérité, c’est plutôt ma faute ! dit tristement Niya, Si je n’avais pas balancé ce moderne à travers la Porte Irigoyen, elle n’aurait jamais été tentée de le suivre et…
- Et en raisonnant comme ça, on pourrait remonter la liste des contentieux jusqu’à Lucy, comme je l’ai déjà dit une fois ! l’interrompit Tinky, Nous avons déjà eu cette conversation des milliards de fois ! Tout le monde peut trouver quelque chose à se reprocher, dans ce cas-là ! A commencer par la mère de Kanou qui a eu la mauvaise idée de la mettre au monde, si on pousse le raisonnement jusque là !
- Oui, euh… alors là, tu exagères ! fit Anaïak, ne pouvant s’empêcher de pouffer.
- Mais c’est vrai ! insista Tinky en écartant les bras avant de les laisser retomber le long de son corps, dans un geste d’impuissance exaspérée, Au fond, ce qui compte n’est pas de savoir qui est le responsable de l’accident de Kanou ! C’est la faute à pas de chance, c’est tout ! Moi aussi, je suis tombée sur un ours qui m’a fait danser la valse, il y a quelques années ! Rien ne pouvait le laisser prévoir ! Mais si les membres de ma tribu avaient passé leur temps à se lamenter autour de ma litière en se demandant pourquoi on en était arrivé là, je ne serais certainement pas ici en train de vous raconter tout ça ! Les Moharn étaient ce qu’ils étaient, mais au moins, ils m’ont sauvée parce qu’ils se sont BOUGES, ACTIVES, MOBILISES pour me sortir de ma léthargie ! Et Kanou en premier ! Il serait peut-être temps que je lui rende la monnaie de sa pièce, qu’en pensez-vous ?
- Bon. Et que veux-tu que nous fassions ? demanda Enah-Ohar, perplexe.
- Que nous cessions immédiatement de ressasser le passé et que nous nous tournions résolument vers l’avenir, répondit l’impétueuse rouquine, emphatique. Le passé, c’est l’accident de Kanou et tout l’enchaînement d’événements qui l’ont rendu possible. L’avenir, c’est sa guérison ! Mais c’est aussi l’attitude de cet imbécile d’Innocent Maxence ! Je ne sais pas vous mais moi, il me glace le sang, ce type ! Peut-être qu’effectivement, son attitude s’explique par un trop grand chagrin mais là, je ne le sens pas ! J’ai peur qu’il ne pète vraiment les plombs ! Que ce soit justifié ou pas importe peu ! Je ne laisserai personne nous remettre en danger et surtout pas lui ! Il ne faut quand même pas oublier que ce gars est un métis de moderne et le fils d’un Lemercien ! Que Kanou l’ait aimé importe peu ! Kanou était… est une fille géniale mais elle a quand même un défaut de taille : elle tombe amoureuse toutes les cinq minutes ! Avant de sombrer, elle n’en avait plus que pour cette teigne d’Enemy Mine, rappelez-vous !
- Une toquade ! C’est tout ! » grommela Niya, croisant les bras sur sa poitrine velue et baissant la tête comme un enfant obstiné tandis que je m’interrogeais d’abondance.
Enemy Mine ? Ils avaient dit Enemy Mine ? Ce nom bizarre ne représentait rien pour moi !
« - Toquade ou pas, Innocent était fou de rage ! rappela Tinky.
- L’était pas le seul ! fit Niya sur le même ton, Et avoue quand même que c’était justifié !
- Eh bien justement ! dit Tinky, S’il était furieux au point de vouloir se venger ? Au point de se tourner vers ceux qui représentent à la fois ses propres racines et les pires ennemis de celle qui l’aurait trahi ! Au point de livrer Kanou aux Lemerciens pour la perdre et accessoirement, nous perdre tous !
- Ma parole, tu fais dans la tragédie grecque ! s’écria Wenn-Daha, Favoriser un génocide pour se venger d’une partie de jambes en l’air, ça fait cher payé, tu ne trouves pas !
- Oui, eh bien rappelle-toi l’histoire d’Hélène de Troie ! C’est à peu près ça, non ? dit Tinky, impayable, Je veux qu’on surveille ce type, vous entendez ? Je le crois capable de tout et de son contraire !- Ma Tinky que j’aime et que j’adore, je crois que tu exagères un peu ! dit Niouk en prenant son épouse par les épaules, Si Inno avait voulu se venger de Kanou, il y a sûrement longtemps qu’il l’aurait fait ! En la débranchant lorsqu’il allait lui rendre visite au départ, par exemple !
- Mais c’est que j’ai toujours veillé à ce qu’il ne se retrouve jamais seul avec elle ! insista Wang-Ka, Je vous jure que je l’ai souvent observé à la dérobée… Il avait l’air bizarre ! Il aurait dû être effondré en la regardant or là, il avait un air de loup affamé !
- Tu sais, Tinkynou, commença Anaïak, en tant qu’ancien élevé parmi les modernes, je peux te dire que l’attitude d’Innocent est peut-être tout simplement le fruit de son éducation rigide ! Ce n’était certes pas le cas chez les de la Renardière, mais je puis t’assurer que dans bien des familles, si on encourager les filles à se pâmer, pleurnicher ou se comporter comme de ravissantes idiotes, on exigeait très tôt que les garçons se conduisent « comme des hommes » et qu’ils refoulent leurs émotions.
- Je sais comment se comportent les gens du XXX° siècle ! déclara Tinky, énervée, Je vous aime tous beaucoup mais dois-je vous rappeler que j’ai été la première de tous à découvrir le fonctionnement de ces êtres et à composer comme j’ai pu avec des gens aussi tordus ! C’est bien pour ça que j’ai peur et que je n’ai aucune confiance en ce fichu Maxence de merde ! Je n’ai jamais eu beaucoup de considération pour lui mais là, c’est pire que tout !
- Si Kanou était éveillée, elle te dirait que tu n’aimes jamais les gens qu’elle aime ! sourit Naho
- Mais l’aimait-elle encore ? s’interrogea Tinky, Ce n’est peut-être pas pour rien qu’elle s’est ainsi jetée dans les bras du premier venu !
- Tu l’as dit toi-même : elle tombe amoureuse toutes les cinq minutes ! rappela Niouk.
- Certes mais ce n’est quand même pas une nympho ! dit Tinky, Elle savait se tenir !
- Ouais ! On a vu ça avec Square ! ricana Wenn-Daha.
- Elle était adorable mais peut-être bien qu’elle pétait un peu les plombs de temps en temps ! insista Niouk, une main reposant toujours sur l’épaule de Tinky, l’autre grattant pensivement ses cheveux hérissés.
- Ne parle pas d’elle à l’imparfait ! dit Tinky, Je connais Kanou ! Nous avons grandi ensemble ! C’est un être qui a toujours été en quête d’amour et d’affection ! Peut-être qu’elle n’en recevait plus assez de la part d’Innocent !
-Vrai que, depuis quelques temps, elle n’avait pas l’air très heureux ! dit Niya, Peut-être qu’il n’était pas à la hauteur, ce moderne !
- Peut-être Kanou avait-elle de bonnes raisons de partir prendre l’air ! Peut-être Innocent n’est-il pas étranger à son accident ! conjecturait Tinky.
- Dites donc, vous deux ! dit Anaïak, Vous croyez que c’est avec des « peut-être » que vous allez tout solutionner ? Je vous soupçonnerais bien d’être un peu paranos, quand même ! Admettez que Kanou a quand même mal agi et qu’il est peut-être normal qu’Innocent soit un peu furieux contre elle ! De là à affirmer qu’il a voulu la tuer et le désire encore ! De là à trouver des excuses à Kanou ! Admettez que ça faisait un moment qu’elle nous rebattait les oreilles de son Enemy Mine et que ce qui est arrivé ne pouvait que se produire, vu les circonstances ! Par Moïa ! Ce n’est pas que je sois un homme jaloux mais je n’apprécierais peut-être pas que Tinky me plante à la veille de Noël pour aller se faire culbuter dans les fourrés par Russel Crowe ou Brendan Fraser !
- Eh, mais il n’a jamais été question de ça ! dit Tinky, rosissant délicieusement.
- Je sais bien. dit Niouk, Ce n’était qu’une supposition. Mais allons jusqu’au bout du raisonnement : si une chose pareille devait arriver, je serais certainement furieux, mais pas au point de la tuer !
- Tu sais ce qui te reste à faire, Tink ! pouffa Naho, faisant encore plus rougir notre amie d’enfance.
- Tais-toi, pauvre idiot ! se fâcha Niouk, Ce que je veux dire – à supposer qu’on me permette d’arriver à le formuler sans m’interrompre bêtement – c’est qu’Innocent doit avoir très envie de demander des comptes à sa femme et c’est bien compréhensible ! Et pour cela, il doit attendre qu’elle se réveille ! Je ne vois donc pas pourquoi il irait attenter à sa vie, surtout maintenant qu’elle n’a plus besoin de machines pour la maintenir en vie ! Nous tenons le bon bout ! Nous savons tous que Kanou va s’en sortir même si nous ignorons dans quel état elle va poursuivre son chemin ! Mais bon ! Il est un peu normal que les nerfs de ce pauvre Inno finissent par lâcher ! C’est souvent comme ça que les choses se passent ! Quand on a trop longtemps attendu qu’un miracle se produise, on se sent comme déprimé, désarmé au moment ou le prodige se réalise enfin ! Tout ça pour vous dire que ce n’est pas du tout le moment de se détourner de ce pauvre gars ! Il a au contraire besoin de notre soutien, de notre amitié ! Et quand il se met à déraisonner de la sorte, mieux vaudrait parler calmement avec lui que le blackbouler de la sorte !
- Eh bien vas-y donc, lui faire la conversation ! dit Tinky, Moi, il me glace ! Et je n’ai pas l’intention de laisser Kanou risquer de se retrouver seule entre ses griffes !
- Bon. fit Niouk, sans s’énerver, Et qu’est-ce que tu proposes ? Qu’on veille sur elle à tour de rôle comme au début de son coma ?
- Non. répondit-elle, Je vous propose mieux que ça : son esprit est tout proche ! Je le sens encore dans la pièce. Elle est restée à nous écouter au lieu de profiter de la confusion pour fuir, preuve qu’elle a encore de la curiosité pour son existence présente et qu’elle souhaite revenir à la vie, même si elle est persuadée du contraire ! En vérité, elle ne peut pas sortir d’ici ! Elle est condamnée à rester près de son corps jusqu’à ce que mort s’ensuive à moins qu’elle ne consente à y retourner, ce qui lui permettra enfin de sortir de sa léthargie ! Il faut l’aider, mes amis ! Il faut la persuader de s’incarner à nouveau dans son enveloppe charnelle ! Il faut la persuader qu’une telle chose est indispensable ! »

1 commentaire:

saadou a dit…

tu veux savoir ce que je pense? tu n'es pas dingue; les personnes qui perde leur mobilité ( les tétras ou paras) sont capables de changer le centre de gravité de leur corps; toi tu ne vois pas bien et tu as du t'adapter à une autre vision: ce qu'on ne voit pas avec les yeux