jeudi 15 juillet 2010

Lettre ouverte aux généticiens géniaux qui nous ont trouvé du Néanderthal en nous...

Merci, Monsieur Pääbo !

Grâce à votre récente découverte sur le génome de Néanderthal et le fait que nous ayons hérité entre un et quatre pour cent de ces gènes, je comprends enfin POURQUOI je n’ai pas la taille mannequin, et que j’ai du poil aux pattes, entre autres, ainsi qu’une tête assez volumineuse pour une femme, à tel point que seuls les chapeaux d’homme me vont !
Cinquante-sept centimètres de tour de tête, une taille assez respectable déjà pour un homme, et assez impressionnante chez une femme !
Ca me rassure, sachant que Néanderthal avait dix pour cents de cervelle en plus en moyenne que l’homme moderne… Si c’est une tête bien faite et plutôt bien pleine, que du bonheur !
Ca, c’est plutôt le point positif de l’ascendance marrante.
Côté négatif, je placerai la fâcheuse tendance de mon anatomie à faire des réserves indues, une constitution que mon médecin a lui-même qualifiée d’archaïque !
Je placerai aussi l’anarchie pilaire qui me condamne régulièrement à me ruiner en cire et autres dépilatoires, voire en esthéticienne !
Je placerai dans le ni positif, ni négatif, le fait que toutes les robinetteries sont très vites détraquées par ma faute, eu égard le fait que je serre furieusement les robinets sans m’en rendre compte, mais par contre, pour ouvrir les bocaux récalcitrants et autres conserves, je vaux tous les outils pour ça !
Aux dires de ma pauvre mère, je serais « costaude comme un vieux Turc »! Personnellement, je n’ai pas remarqué que les Turcs, vieux ou jeunes fussent plus costauds que les autres… Mais il est vrai que je peux marcher des kilomètres sans la moindre fatigue, que je peux malgré ma corpulence piquer des sprints assez étonnants, et que je peux porter des poids assez impressionnants, le tout sans dopage ni musculation furieux…
Par contre, je suis plutôt râblée, et quand il fait très chaud, c’est pénible… Du froid, de la neige, voilà qui me ravit et me sied parfaitement ! La canicule, et je bascule !!!
Je dois probablement à cette ascendance étrange une imagination sans limites, et un haut degré de fantaisie, ainsi que, malgré tout, une force vitale peu commune et un humour à tout crins, ce qui était essentiel pour survivre par des conditions extrêmes et avec des moyens franchement limités qui forcent malgré tout le respect.
Peut-être aussi que cette ascendance a furieusement nourri mon imagination et mes rêves, car depuis ma plus tendre enfance, je me suis toujours vue dans des paysages sans limites, de préférence hivernaux en compagnie d'une jolie bande de sauvageons idéalement hirsutes, costauds, pas très grands mais sympathiques, drôles, futés et d'un courage immense... Et que leur allure correspond tout à fait avec ce que la science raconte actuellement sur le légendaire ancêtre "refileur" de gènes sympas... 


 Wang_Ka, la Néanderthalienne délirante, une des héroïnes de la saga de SF que je commets avec Mimi... La chose est mon oeuvre...

Ces rêves sont le ferment de nos écrits, à Mimi et moi, qui, elle aussi, en matière d'hérédité marrante doit avoir un bon peu de Néanderthal en elle, elle aussi... Bref, merci Monsieur Pääbo, grâce à vous, nous comprenons mieux à présent le comment du pourquoi de la chose et notre joyeux côté adulescent et imaginatif à tout crins !   

1 commentaire:

Mimi a dit…

Je pourrais en effet en dire tout autant : une taille moyenne et un squelette épais qui donnent une silhouette trapue pas vraiment conforme aux critères de beauté acutels, des cheveux fournis qui seraient hirsutes si je ne les coupais pas, un teint pâle, un nez conséquent, un petit menton et un petit front, un crâne pas vraiment arrondi, un goût particulier pour la viande rouge, les champignons et les fruits des bois, des capacités d'adaptation assez remarquables et des facultés réelles à remonter la pente après de rudes épreuves physiques, la vie chevillée au corps, comme on dit... et en terme d'imagination, la même chose que toi !