dimanche 4 avril 2010

Mon ami Gégé a pris l'échelle du Paradis...


Cette superbe chanson de Led Zeppelin servait de fond sonore à la cérémonie d'hommage à lui rendue au crématorium du Père-Lachaise, il y a dix jours.
Gérard était un collègue aimable, passionné de cinéma, de musique pop et rock, et surtout, de belles motos. Il avait enfin réalisé un de ses rêves, il s'était payé une Harley d'une beauté rutilante, ainsi qu'en témoigne l'image ci-dessous.
 Gérard et sa Harley. 
Cet homme fragile, sensible, à fleur de peau et doté d'un caractère doux mais indépendant était quelqu'un de paisible, qui ne critiquait jamais quiconque, il avait une grande ouverture d'esprit, et il était très intelligent... Son coeur trop généreux mais délicat, comme lui, ne supportait pas les injustices et les bêtises de ce bas-monde, et il l'a emporté brutalement il y a quelques jours.
"Gégé", comme on l'appelait, adorait les roses rouges, les belles machines, la bonne musique et les films excellents, mais avant tout, c'était un papa attentionné, un ami loyal et fidèle, un coeur grand comme ça.
Chose étrange, il avait quitté le service où je travaillais quelques années plus tôt, et je me demandais parfois ce qu'il était devenu... Et justement, le jour de sa mort, je me suis dit que je ne tarderais pas à le revoir... Ça a eu lieu pour lui dire au-revoir. Et je n'ai pas été la seule à avoir eu le pressentiment de sa trop précoce disparition, comme quoi, quand quelqu'un en vaut la peine, il ne nous quitte pas tout à fait, et il nous fait un petit signe quand il s'en va... Je sais que quelque part, il sera toujours là pour ceux qui l'ont aimé et qui appréciaient son caractère aimable et son humour. Gérard, c'était un bout de soleil descendu sur Terre, un moment de fantaisie, de poésie, et d'amour. J'ai mis quelques jours à réfléchir à ce que j'allais dire sur ce moment terrible où je ne l'ai revu que pour lui dire adieu, ou plutôt au-revoir, dans cette petite salle du crématorium du Père-Lachaise, mais je tenais à lui rendre hommage une dernière fois, c'était quelqu'un que j'appréciais beaucoup, comme nombre de ses collègues dont un grand cortège était présent pour le saluer encore une fois. Les gens de sa famille étaient profondément émus de voir à quel point il était apprécié, mais c'était un être attachant et rare.
Du haut de ton échelle céleste, sur l'écran noir de l'Au-Delà, que tu illumines de ta présence attentionnée, je sais que tu nous regardes et que tu penses à nous comme nous, nous pensons à toi.
Au revoir, Gérard, et repose en paix. Fais la course sur ta Harley avec les anges et réveille un peu tous les saints aux accords de Led Zepp et de tant d'autres !   

2 commentaires:

Mimi a dit…

Vraiment très beau, ton article. Très émouvant. On sent qu'il a été écrit avec ton coeur et on en regrette d'autant de n'avoir pas connu Gérard.

Bisous !

Josiane-Selma a dit…

commentaire poignant qui décrit parfaitement notre Gégé...c'est un grand Homme : je suis sûre qu'il veille sur nous de son coin de paradis car, comme Tinki il m'a fait signe le jour de sa mort !