mercredi 19 août 2009

La malbouffe, cause de la disparition de Néanderthal ?

 

Agence Science Presse

Parce que tout le monde s'intéresse à la science

  • 13 août 2009

Dis-moi ce que tu manges, et je te dirai si tu es un homme du Néandertal

(Agence Science-Presse) – Qu’est-ce qui a donné à l’Homo sapiens —nous— un avantage déterminant sur les Néandertaliens? Bien des causes ont été évoquées depuis 150 ans, mais les fruits de mer et les choux de bruxelles n’étaient pas au menu.

La bouffe, c’est la clef. Poursuivant le décodage ardu de l’ADN et des protéines de nos cousins disparus il y a 27 000 ans, des biologistes ont découvert des indices comme quoi les Néandertaliens n’étaient pas attirés par certains aliments que nous prenons pour acquis, peut-être même incapables de les digérer. En d’autres termes, le régime alimentaire des Néandertaliens était probablement beaucoup moins diversifié, ce qui expliquerait que nous soyons là, et qu’eux n’y soient plus.

Ce n’est pas la première fois que des chercheurs associent l’alimentation à l’évolution qui a conduit jusqu’à nous. Par exemple, il y a maintenant tout un courant de la recherche, aux frontières de la chimie et de la biologie, qui vise à démontrer que le fait de manger de la viande cuite aurait été un moment déterminant, parce qu’il a fourni aux organismes de nos lointains ancêtres un surplus d’énergie qui a permis la croissance du cerveau.

Mais ici, c’est de quelque chose de plus compliqué dont on parle. Des signatures chimiques dans le collagène des os de 13 Néandertaliens morts il y a 40 000 ans. Il se trouve que les atomes des os conservent une signature de ce que nous avons mangé. Une signature générale : pas assez pour distinguer un steak au poivre d’un steak haché, mais assez pour distinguer un régime à base de fruits de mer (beaucoup de carbone-13) ou de viande (azote-15), par exemple. En comparant ces niveaux avec ceux d’animaux trouvés à proximité, les chercheurs peuvent en arriver à déduire quel était le menu approximatif.

Et c’est ainsi que Michael Richards, biologiste anthropologue à l’Institut Max-Planck d’évolution, en Allemagne, et son collègue Erik Trinkaus, de l’Université Washington à Saint-Louis, en concluent que les Néandertaliens vivant en Europe récoltaient le gros de leurs protéines en mangeant des herbivores —comme le mammouth— alors que les humains de la même époque optaient pour davantage de mammifères marins et de fruits de mer.

Mais ce n’est pas juste une question de choix : peut-être que les Néandertaliens ne pouvaient carrément pas goûter ou distinguer certains aliments, ajoute une seconde étude. C’est elle qui parle de choux de bruxelles. Les Néandertaliens, lit-on dans les Biology Letters, possédaient une mutation d’un gène qui aurait rendu certains d’entre eux incapables de distinguer certaines saveurs —et du coup, enclins à se détourner de plantes riches en vitamines que les humains modernes, eux, ont appris à apprécier.

Incidemment, 25% des humains modernes sont eux aussi insensibles à ces saveurs.

Les critiques ont déjà commencé à se faire entendre : pour la première étude, disent-ils, 13 ossements c’est trop peu; pour la deuxième étude, le gène en question serait apparu il y a plus d’un demi-million d’années : alors pourquoi les Néandertaliens auraient-ils été plus nombreux que nous à en être dépourvus?

Mais ce vers quoi ces indices pointent, c’est un Homo sapiens plus flexible. « Si les humains modernes chassaient beaucoup, comme les Néandertaliens, alors ils se concurrençaient et appauvrissaient les ressources », explique le biologiste anthropologue allemand Hervé Bocherens. Or, lorsque les produits de la chasse se faisaient trop rares, l’Homo sapiens pouvait se rabattre sur autre chose, ce que son lointain cousin n’était peut-être pas capable de faire.

Pascal Lapointe

À lire aussi

Revues de presse

La science au Québec

© 1995-2009 Agence Science Presse

Voici un article intrigant reçu grâce aux Alertes Google sur Néanderthal auxquelles je suis abonnée, et qui nous vient du Québec.

4 commentaires:

Mimi a dit…

Je n'aime pas du tout les choux de Bruxelles et me fais souvent violence pour manger du poisson.
Je suis une Néanderthalienne.
Je m'en étais toujours doutée !

Tinky a dit…

Mimi, crois-tu qu'il soit raisonnable que nosu revenions visiter le Musée de l'Humanité - ainsi que s'appellera désormais le Musée de l'Homme - ou le Muséum d'Histoire Naturelle ? Ils vont te foutre dans du formol !!!
Tinky, dotée de très mauvais goût -on n'en sort pas !!!-

Zed Blog a dit…

C'est sûr que le fait d'être plus flexible sur le plan alimentaire, le fait de manger plus de légumes ou de pouvoir se passer de viande... ça permet de vivre plus longtemps et de développer l'agriculture qui fournit, grâce à la sédentarisation, la possibilité d'avoir du temps pour l'éducation, les loisirs et la culture. Héhé!

Moi, je soutiens que, comme l'histoire se répète exactement suivant ton titre, c'est le gène de l'oubli qui est responsable de toutes ces calamités. Et ça ne me gêne pas du tout de le dire!!!

Je suggère, si vous retournez ensemble au Musée de l'Humanité, un petit parfum de Sole ou de Flétan derrière la nuque et les oreilles. Ce serait plus prudent. Un chandail rose crevette et des pantalons saumon sont aussi fort indiqués.

Zed ¦D

Bonhomme a dit…

Le titre est assez trompeur (et franchement un peu facile) mais l'article des plus intéressant.

Merci Tinky!