mardi 4 décembre 2012

Sébastien Tellier au Casino de Paris.

Pour une fois, je ne parlerai pas de Néanderthal, mais d’un musicien que j’adore et que j’ai découvert comme beaucoup grâce à l’Eurovision et aussi Mireille, mon amie depuis 27 ans maintenant !
Sébastien Tellier est un ami des Daft Punk, et de bon nombre de musiciens de ce mouvement musical nommé “French Touch”. Il fait de la musique électronique mélodieuse et douce, souvent teintée de propos d’un érotisme élégant ou drôle, mais derrière le hippie chic se cachant derrière des lunettes et une grande barbe se dissimule un être tourmenté et génial, d’une hypersensibilité extrême, une sorte de poète un peu fou mais surtout, un musicien surdoué, qui joue de plusieurs instruments et a reçu une formation de musicien classique. L’album qui me l’a fait découvrir “Sexuality”, est une collection de morceaux sophistiqués, mélodiques et aux paroles distillant un érotisme plus ou moins soft, qui ne sont pas sans rappeler le Serge Gainsbourg de la grande époque. Il y a d’ailleurs entre les deux musiciens bon nombre de points communs et une sorte de continuité, selon moi.
Les remixes des titres de Sexuality, les chansons et musiques de Sébastien, retravaillées par de nombreux musiciens de la branche électro, sont encore plus révélateurs de son œuvre.
Son dernier album, “My God is blue”, résulte, selon lui, d’un voyage spirituel aidé par quelque substance étrange… Mais ce qui en résulte est de toute beauté, des mélodies qui emportent vers un autre monde, un autre temps, un autre univers ! Bref, c’est planant et doux, et totalement magnifique !
Il y a un mois, au Bikini, à Toulouse, j’ai déjà assisté à son concert, lors duquel il a fait quelques apartés joyeusement farfelus, mais sa musique sublime faisait vite oublier le côté clownesque du personnage qui est tellement doué qu’on dirait qu’il a peur de son propre talent et essaie de ne pas se prendre au sérieux, comme s’il ne voulait pas qu’on le trouve trop doué ! Cette magnifique musique était d’ailleurs mise en valeur par des éclairages époustouflants qui en rehaussaient les harmonies !
Hier soir, au Casino de Paris, c’était encore plus sublime, les éclairages étaient moins violents, et Sébastien à fait moins d’apartés, mais alors… Que dire ?
Le concert à été gâché ! Non par les musiciens ou ce qu’ils ont joué, mais bien par la salle elle-même ! Je pensais que le Casino de Paris, haut lieu du music-hall où se sont produites des Mistinguett et des Joséphine Baker, était une salle magnifique et se présentait avec un extérieur avenant et beau, eh bien, que nenni, que nenni !!!
Comme au Zénith, autre salle de spectacle parisienne, les sièges sont faits pour des nains anorexiques, et j’ai dû assister au concert sur un strapontin bien plus confortable, si je n’ai pas voulu sortir de la salle sur une civière ! Mireille, qui est un peu plus petite que moi, en a quand même bien bavé aussi, heureusement que la musique de Sébastien et de ses amis nous faisait un peu oublier la misère de cette salle de spectacle en déréliction…
Sous les moquettes, des planchers pourris. Au plafond, un filet qui empêche ce dernier de tomber par plaques entières sur les têtes des spectateurs ! Les fauteuils par trop serrés étaient eux-mêmes en velours pourpre râpé et élimé à qui-mieux-mieux et, au final, je me demande encore comment cette institution parisienne tient encore debout !
Le pire, c’est qu’en plus, ce malheureux music-hall est sis dans un quartier sinistre et interlope, et qu’à la sortie, ni Mireille ni moi, n’étions bien fières et honnêtement, je n’ai respiré qu’en arrivant enfin à St Lazare pour prendre la ligne 14 qui nous ramenait chez moi !
Il est vraiment regrettable qu’on ne fasse rien pour restaurer les théâtres de Paris –le Casino n’est nullement exceptionnel de vétusté, paraît-il-, et, surtout, qu’on ne les nantisse pas de sièges plus confortables et aux espacements plus conséquents !
Hier, de toute manière, c’était la journée des déceptions… Avant le Casino de Paris et le concert, nous avons fait une promenade sur les Champs-Elysées, en compagnie de Monique, une amie adorable… Las ! En raison d’économies d’énergie, l’ancienne plus belle avenue du monde avait bien triste mine ! Les chiches illuminations étaient absolument lugubres, et que dire des Champs eux-mêmes ?  
Il y a vingt ans, Mireille et moi nous nous étions déjà promenées sur cette avenue. C’était il faut le dire, le 14 juillet 1992. A l’époque, il faisait très beau, les boutiques de luxe existaient encore et les gens étaient plus chics. Les Champs étaient alors réellement la plus belle avenue du monde ! Mais là, en vingt ans, avec la Guerre du Golfe, et le retrait de riches investisseurs, les beaux hôtels particuliers ont perdu de leur superbe, et les boutique de luxe ont déménagé sous d’autres cieux plus avenants… Elles ont fait place à des fast-food miteux, des boutiques qu’on retrouve partout ailleurs, et mendiants et zonards ont envahi ce qui était autrefois le fleuron de la capitale !
Ce qui était autrefois luxe s’est transformé en tape-à-l’œil vulgaire et grossier, bien que toujours hors de prix, et ceci a été confirmé par le concert qui a suivi : Paris a bien perdu de sa superbe, et vit sur une réputation passéiste qui n’est vraiment plus honorée à ce jour ! A quand le retour du VRAI Paris, de celui qu’on admire à travers le monde entier pour son élégance, sa beauté, son luxe, ses beaux monuments et ses théâtres sympathiques ?
Messieurs Delanoé et Hollande, c’est une supplique que je vous adresse : sauvez Paris, rendez-lui ses lumières et son lustre !
Mais pour vous donner quand même un bel aperçu du concert d’hier, voilà quelques vidéos sympathiques dans lesquelles vous retrouverez Sébastien Tellier et ses musiciens. Une jeune demoiselle dénommée All, qui fait, comme lui, de la musique électronique très belle, mise en valeur par sa très jolie voix assurait la première partie de ce concert par ailleurs excellent, hélas, je n'ai pas retrouvé de vidéos de ses prestations !



"Fingers of Steel", un aparté loufoque dont Sébastien s'est fait spécialiste et "Russian Attraction", vidéo de magicrpm.com.



"My Poseidon" et "Kilometer" -une de mes chansons préférées de Sébastien- ! Vidéo de magicrpm.com.



Selon moi, les deux morceaux les plus beaux que ce musicien génial ait composés : "la Ritournelle et l'Amour et la Violence". Toujours une vidéo de magicrpm.com.

Pour conclure, si Jean-Sébastien Bach s'était réincarné, je suis sûre que cela donnerait Sébastien Tellier !!! Quand on écoute bien les partitions de synthétiseurs, on retrouve les fugues bachiennes, si, si !!!







       

2 commentaires:

Mireille BACOU a dit…

Bravo, je n'aurais pas mieux dit ! Du coup, je relaie ton article sur mon propre blog !

Anonyme a dit…

Hello Huguette. j espere que tu vas bien. (Stef FT. Un autre cro magnon fan de tellier)...Merci